Jdi na obsah Jdi na menu
 


Part. 03

26. 7. 2019

LA journée du lendemain fut encore plus pénible. Tout en nettoyant les fusils, dont les pièces étaient étalées sur la table, l'oncle Jules commença le récit de ses épopées cynégétiques .

Il disait que dans son Roussillon natal, à travers les vignes et les pinèdes, il avait abattu des dizaines de lièvres, des centaines de perdrix, des milliers de lapins, sans parler des « pièces rares » .

« Un soir, je rrentrais brredouille, et j'étais furrieux, car j'avais manqué deux lièvres coup sur coup ! — Pourquoi ? dit Paul la bouche ouverte et les yeux ronds. — Je n'en sais fichtre rrien !... Le fait est que j'étais honteux et découragé... Mais en sortant du bosquet de Taps, j'entrre dans la vigne de Brouqueyrol, et que vois-je ? — Oui, que vois-je ? » dit Paul d'un air d'angoisse. Je m'écriai : « Une bartavelle ! — Non, dit mon oncle. Ça ne volait pas, et c'était bien plus gros. Que vois-je ? disais-je. Un blairreau ! Un blairreau énorme, qui avait déjà dévasté toute une rrangée de rraisins de table ! J'épaule, je tirre.. .

» C'était toujours la même chose, et pourtant toujours nouveau .

L'oncle tirait, puis par précaution, il « doublait », et l'animal foudroyé s'ajoutait à la liste interminable des victimes. Mon père écoutait ces récits glorieux, mais il ne disait rien : sagement, comme un apprenti, il ramonait le canon de son fusil, avec une brosse ronde fixée au bout d'une longue baguette, pendant que je polissais mélancoliquement la gâchette et le pontet .

À midi, les armes furent remontées, huilées, astiquées, et l'oncle Jules déclara : « On les essaiera cet après-midi. » .

.

.

Le feuilleton de ses exploits continua pendant tout le repas, et s'étendit jusqu'aux Pyrénées, pour le récit d'une chasse au chamois .

« Je prends ma lorgnette, et que vois-je ? » Paul en oubliait de manger, si bien que ma mère et ma tante — après la mort de deux chamois -prièrent le récitant d'arrêter là son épopée, ce qui parut le flatter grandement. Je profitai de cet arrêt pour introduire adroitement une question personnelle .

Depuis le début des préparatifs, je n'avais jamais douté que je serais admis à suivre les chasseurs .

Mais ni mon père ni mon oncle ne l'avaient dit expressément, et je n'avais jamais osé poser la question, par crainte d'un refus catégorique : c'est pourquoi je pris un biais .

« Et le chien ? dis-je. Est-ce qu'il ne vous faudra pas un chien ? — Il serait bon d'en avoir un, dit l'oncle. Mais comment nous procurer un chien dressé ? — Est-ce qu'il n'y en a pas chez les marchands ? — Oui, dit mon père. Mais ça vaut au moins cinquante francs ! — C'est de la folie ! s'écria ma mère .

— Oh que non ! dit l'oncle. Et si un bon chien ne valait que cinquante francs, croyez bien que je n'hésiterais pas ! Mais à ce prix-là, vous n'aurez qu'un bâtard quelconque, qui vous lâchera la piste d'un lièvre pour vous conduire au trou d'un rat ! Un chien dressé, ça vaut dans les quatre-vingts francs, et ça peut aller jusqu'à cinq cents ! — Et puis, dit ma tante, qu'est-ce que nous en ferions après la chasse ? — Après la chasse, il faudrait le revendre à moitié prix ! Et d'ailleurs, ajouta l'oncle, il est très dangereux d'entretenir un chien dans la maison d'un bébé .

— C'est vrai, dit Paul. Il pourrait manger le petit cousin ! — Je ne crois pas. Mais il pourrait, sans le vouloir, lui donner des maladies .

— Une angine ! s'écria Paul. Moi je sais ce que c'est. Mais moi, ce n'est pas un chien, c'est le courant d'air ! » Je n'insistai pas : il n'y aurait pas de chien. C'est donc qu'ils comptaient sur moi pour retrouver le gibier abattu. On ne l'avait pas dit, mais c'était évidemment sous-entendu : il n'était pas nécessaire d'obtenir une promesse solennelle, surtout devant Paul, qui avait exprimé son intention de suivre la chasse « de loin » avec du coton dans les oreilles : prétention insoute- nable qui eût pu faire grand tort aux miennes. Je me tus donc prudemment .

Après le déjeuner, les grandes personnes firent la sieste. Nous profitâmes de cet intervalle pour mettre des gouvernails aux cigales ; c'est-à-dire que dans le derrière des pauvres chanteuses, soudain muettes, nous plantions la queue d'une feuille d'amandier, puis je les lançais en l'air. Elles volaient alors au hasard, et leurs circuits extravagants nous faisaient rire de bon coeur .

Vers les trois heures, mon père nous héla. « Venez ici ! cria-t-il. Et restez derrière nous ! Nous allons essayer les fusils ! » L'oncle Jules avait solidement attaché l'arquebuse à deux grosses branches parallèles, et déroulait une longue ficelle dont une extrémité commandait la gâchette. À dix pas du fusil, il s'arrêta .

Ma mère et ma tante, accourues, nous forcèrent à reculer encore plus loin .

« Attention ! dit l'oncle. J'ai mis triple charge, et je vais tirer les deux coups à la fois ! Si le fusil explose, les éclats pourraient siffler à nos oreilles ! » Toute la famille se mit à l'abri derrière des troncs d'olivier, et chacun risquait un oeil .

Seuls, les hommes restèrent à découvert, héroïques. L'oncle tira la ficelle : une détonation puissante ébranla les airs, et mon père courut vers l'arme ligotée .

« Il a tenu le coup ! » cria-t-il. Et il coupait joyeusement les liens .

L'oncle ouvrit la culasse, et l'examina de fort près. « C'est parfait ! déclara-t-il enfin. Ni fêlure, ni dilatation ! Augustine, je réponds maintenant de la sécurité de Joseph : ce fusil est aussi résistant qu'une pièce d'artillerie ! » Et comme les femmes s'éloignaient, rassurées, il dit à voix basse à mon père : « Cependant, il ne faudra pas exagérer. Je puis évidemment vous affirmer qu'avant cette épreuve cette arme était parfaite. Mais il arrive quelquefois que l'expérience elle-même com- promette la solidité du canon... C'est un risque qu'il faut accepter. Nous allons maintenant vérifier le groupement des plombs. » Il tira un journal de sa poche, le déplia, et partit à grands pas vers les cabinets, au bout de l'allée d'iris .

« Il a la colique ? » dit Paul .

Mais l'oncle Jules n'entra pas dans la guérite : il fixa sur la porte, au moyen de quatre punaises, le journal déployé, et revint à grands pas vers mon père .

Il chargea son fusil d'une seule cartouche. « Attention ! » dit-il .

Il épaula, visa une seconde et tira .

Paul, qui s'était bouché les oreilles, s'enfuit vers la maison. Les deux chasseurs s'approchèrent du journal : il était criblé de trous, comme une passoire .

L'oncle Jules l'examina longuement, et parut satisfait .

« Ils sont bien groupés. J'ai tiré le canon choke. À trentemètres, c'est parfait. » Il prit dans sa poche un autre journal, et tout en le dépliant, il dit : « À vous, Joseph ! » Tandis qu'il mettait la nouvelle cible en place, mon père chargea son fusil. Ma mère et ma tante, attirées par la première détonation, étaient revenues sur la terrasse. Paul, à demi caché derrière le tronc du figuier, regardait d'un oeil, l'index enfoncé dans l'oreille .

L'oncle se replia au trot, et dit : « Allez-y ! » Mon père visa .

Je tremblais qu'il ne manquât la porte : c'eût été l'humilia- tion définitive, et l'obligation, à mon avis, de renoncer à la chasse .

Il tira. La détonation fut effrayante, et son épaule tressaillit violemment. Il ne parut ni ému ni surpris, et s'avança vers la cible d'un pas tranquille — je le devançai. Le coup avait frappé le milieu de la porte, car les plombs entouraient le journal sur les quatre côtés. Je ressentis une fierté triomphale, et j'attendais que l'oncle Jules exprimât son admiration .

Il s'avança, examina la cible, se retourna et dit simplement : « Ce n'est pas un fusil, c'est un arrosoir ! — Il l'a frappé en plein milieu ! dis-je avec force. — Ce n'est pas mal tiré ! dit-il avec condescendance .

Mais une perdrix qui s'envole n'a pas grand- chose de commun avec 149 une porte de cabinets. On va maintenant essayer les plombs de quatre, de cinq et de sept. » Ils tirèrent encore trois coups de fusil chacun, toujours suivis d'examens et de commentaires de l'oncle. Enfin, il s'écria : « Pour les deux dernières, on va tirer les chevrotines. Serrez bien votre crosse, Joseph, car j'ai mis une charge et demie de poudre. Et vous, Mesdames, bouchez-vous les oreilles, car vous allez entendre le tonnerre ! » Ils tirèrent en même temps ; le fracas fut étourdissant, et la porte tressaillit violemment .

Ils s'avancèrent tous les deux, souriants et satisfaits d'eux- mêmes .

« Tonton, demandai-je, est-ce que ça aurait tué un sanglier ? — Certainement, s'écria-t-il, à condition de le toucher... — Au défaut de l'épaule gauche ! — Exactement ! » Il arracha les journaux superposés, et je vis incrustées pro- fondément dans le bois, une vingtaine de petites billes de plomb .

« C'est du bois dur, dit-il. Elles n'ont pas traversé ! Si nous avions eu des balles... » Heureusement, ils n'en avaient pas eu, car à travers la porte massacrée, nous entendîmes une faible voix. Elle disait, incertaine : « Est-ce que je peux sortir, maintenant ? » C'était la « bonne » .

LA date de l'ouverture approchait, et l'on ne parlait plus que chasse à la maison .

Après la longue suite des récits épiques, l'oncle Jules en était arrivé aux explications et démonstrations techniques. À quatre heures, après la sieste, il disait : « Joseph, je vais vous décomposer le "coup du roi", qui est aussi le roi des coups. D'abord, écoutezmoi bien... Vous êtes caché derrière une haie, et votrre chien décrit un cercle autour de la vigne. S'il connaît son métier, les perrdrreaux vont venir droit sur vous. Alors, vous faites un pas en arrière, mais vous n'épaulez pas encore, parce que le gibier verrait votre fusil, et il aurait le temps de prendre la tangente. Dès que les volatiles paraissent dans mon champ visuel, j'épaule, je vise. Mais au moment de tirrer, d'un coup sec, vous relevez le bout du canon d'une dizaine de centimètres, tout en pressant sur la gâchette, et vous baissez la tête, en faisant le dos rond. — Pourquoi ? dit mon père .

— Parce que si votre tir est bien ajusté, vous allez recevoir en pleine figure un volatile d'un kilo lancé à soixante à l'heure. Passons maintenant à la pratique. Marcel, va me chercher mon fusil. » Je courais à la salle à manger, et je revenais à pas lents, portant avec respect cette arme précieuse .

L'oncle ouvrait toujours la culasse, pour voir si le fusil n'était pas chargé .

Puis il allait se poster derrière la haie du jardin. Mon père, Paul et moi, nous formions un demi-cercle autour de lui. L'oncle, les sourcils froncés, l'oreille tendue, le dos voûté, essayait de voir à travers les feuilles, non pas ce pauvre chemin pierreux, mais les vignes dorées du Roussillon. Soudain, il lançait deux aboiements aigus et brefs. Puis, soufflant puis- samment entre ses lèvres molles, il imitait l'envol ronflant d'une compagnie de perdreaux. Alors, il faisait le pas en arrière, et regardait intensément le ciel, au ras de la haie. Puis il épaulait vivement, donnait le petit coup sec, et criait : « Pan ! pan ! » Sur quoi, nous rentrions tous les quatre la tête dans nos épaules contractées, et nous demeurions immobiles, les yeux fermés, prêts à supporter le choc d'un « volatile d'un kilo lancé à soixante à l'heure » .

L'oncle nous délivrait en disant : « Pom ! pom... », car deux perdrix étaient tombées derrière nous. Il les cherchait un instant du regard, puis allait les ramasser l'une après l'autre — car dans ses démonstrations, il ne faisait que des « doublés ». Enfin, sifflant son chien, il retournait s'asseoir à l'ombre, du pas pesant du chasseur fatigué. Mon père, pensif, disait : « Ça ne doit pas être bien facile .

— Oh ! il y faut de l'entraînement ! J'avoue que je n'ai jamais entendu dire qu'un débutant l'ait réussi du premier coup... Mais si vous avez des dispositions — ce que j'ignore encore — il est bien possible que l'année prochaine... Essayez-le donc tout de suite ! » Et mon père, docile, prenait à son tour le fusil, et répétait fidèlement la pantomime de l'oncle Jules .

Parfois, le matin, il m'emmenait avec lui sur le chemin du vallon de Rapon, qui était bordé d'une haie d'arbustes. Et là nous répétions en cachette le « coup du roi » : je jouais le rôle de la perdrix, puis, au moment de m'envoler, je lançais de toutes mes forces une pierre par-dessus la haie, et mon père essayait de la suivre, du bout de son fusil brusquement épaulé.. .

Ensuite — pour le tir aux lapins — je lançais dans l'herbe, sans le prévenir, une vieille boule moisie, épave d'un jeu de quilles disparu, que j'avais trouvée dans le jardin. D'autres fois, il m'envoyait me cacher dans un buisson, et me donnait l'ordre de fermer les yeux. Là, j'attendais, les oreilles grandes ouvertes, et attentif au moindre craquement. Soudain, il posait la main sur mon épaule, et disait : « Est-ce que tu m'as entendu venir ? » Ainsi, mon père préparait l'« Ouverture », avec une applica- tion si minutieuse et si humble que, pour la première fois de ma vie, je doutai de sa toute-puissance, et mes inquiétudes ne faisaient que grandir .

ENFIN l'aube se leva sur la veille du grand jour. Ils essayèrent d'abord leurs tenues de chasse. Papa avait acheté une casquette bleue, qui me parut du plus bel effet, des jambières en cuir marron, et des souliers montants à semelle de corde. L'oncle Jules portait un béret basque, des bottes lacées pardevant, et une veste tout à fait spéciale, dont il faut que je dise un mot, parce que c'était un vêtement très remarquable. À première vue, ma mère déclara : « Ce n'est pas une veste : c'est trente poches cousues en- semble ! » Il y en avait jusque dans le dos. Je m'aperçus plus tard que cette richesse avait ses défauts .

Lorsque l'oncle cherchait quelque chose dans ses poches, il tâtait d'abord le drap, puis la doublure, puis les deux à la fois, afin de repérer l'objet. Le plus difficile était ensuite de découvrir par quelle voie il était possible de parvenir jusqu'à lui .

C'est ainsi qu'un petit merle, oublié dans ce labyrinthe, signala sa présence, quinze jours plus tard, par une épouvanta- ble odeur. Il fut aisément localisé par le nez de la tante Rose, et par la vue d'un triste bec jaune qui avait traversé la doublure. L'oncle sonda plusieurs ouvertures de poches, ce qui lui permit de découvrir une oreille de lapin, de la bouillie d'escargot, et un vieux cure-dent qui se planta sous l'ongle de son index... Mais pour l'extraction du cadavre, il fallut recourir aux ciseaux .

Cependant, le jour de l'essayage, la veste fit un grand effet, et sembla promettre abondance de gibier .

La cérémonie, devant le miroir, fut assez longue, et les chasseurs semblaient s'y complaire. Mais leurs femmes les déshabillèrent pendant qu'ils en étaient encore à se mirer, et prirent en main leurs vêtements, pour en consolider les boutons .

Les fusils furent, une fois de plus, astiqués et graissés, et j'eus l'honneur d'enfoncer les cartouches dans les ceintures à godets de cuir .

Puis ils étudièrent la carte d'état-major, une loupe à la main .

« Nous monterons derrière la maison, dit l'oncle, jusqu'à Redouneou, que voici (il plantait dans la carte une épingle à tête noire) ; jusque-là, nous ne verrons pas grand-chose, peut- être des grives ou des merles.. .

— Ce serait déjà très intéressant, dit mon père. — Bagatelles ! dit l'oncle. Notre gibier — ne nous faisons pas d'illusions — ce n'est évidemment pas la bartavelle, mais c'est au moins la perdrix, le lapin et le lièvre. Je crois que nous en trouverons aux Escaouprès, c'est du moins ce que m'a dit Mond des Papillons. Donc, à Redouneou, nous descendons sur les Escaouprès : nous les remonterons jusqu'au pied du Taoumé, que nous contournerons à droite pour atteindre le Puits du Mûrier. C'est la que nous déjeunerons, vers midi et demi. Ensuite... » Mais je n'entendis pas la suite, car je réfléchissais à mon plan .

Il était maintenant indispensable de poser la question net- tement, et d'obtenir la confirmation de mes certitudes, certitudes d'ailleurs un peu ébranlées par l'attitude passive de l'entourage .

On n'avait pas parlé de mon costume... Sans doute pensait- on que le mien était bien suffisant pour un chien de chasse ? Un matin, j'avais dit à la bonne que j'attendais impatiem- ment l'Ouverture. Cette créature avait ri et m'avait répondu : « Il ne faudrait pas t'imaginer qu'ils vont te mener avec eux ! » Propos absurde d'une idiote, à laquelle je regrettai d'avoir adressé la parole. Ce qui m'inquiétait davantage, c'était qu'il me semblait sentir une certaine gêne chez mon père et qu'il avait dit plusieurs fois à table — sans aucun motif — que le sommeil était indispensable aux enfants, à tous les enfants sans exception, et qu'il était dangereux de les réveiller à quatre heures du matin. L'oncle avait abondé dans son sens, et il avait même cité des exemples de petits garçons qui étaient devenus rachitiques ou tuberculeux parce qu'on les faisait lever trop tôt tous les jours .

J'avais pensé que ces discours s'adressaient à Paul, afin de le préparer à son éviction de la chasse .

Mais j'en avais gardé une impression fort peu plaisante, et comme un petit doute gênant. Je pris mon courage à deux mains .

Il fallait d'abord éloigner Paul .

Il était justement devant la porte, très occupé à gratter le ventre d'une cigale, qui chantait de plaisir, ou peut-être hurlait de douleur .

Je lui tendis le filet à papillons, et je lui révélai qu'au fond du jardin, je venais de voir un oiseaumouche blessé, qu'il lui serait facile de capturer. Cette nouvelle l'excita grandement. Il lâcha la cigale, et dit : « Allons-y vite ! » Je lui répondis qu'il m'était impossible de l'accompagner, parce qu'on m'imposait un bain, avec du savon. Je pensais exciter sa pitié, et faire naître en même temps la crainte qu'on ne lui infligeât le même traitement. Je réussis pleinement, car attiré par l'oiseau-mouche et chassé par le bain, il m'arracha le filet, et disparut sous les genêts. Je rentrai dans la maison au moment où l'oncle Jules re- pliait la carte en disant : « Douze kilomètres dans les collines, ce n'est pas excessif, mais ça fait tout de même une trotte. » Je dis bravement : « Moi, je porterai le déjeuner .

— Quel déjeuner ? dit l'oncle .

— Le nôtre. Je prendrai deux musettes, et je porterai le déjeuner .

— Mais où donc ? » dit mon père .

Cette question me coupa le souffle, car je vis qu'il faisait semblant de ne pas comprendre .

Je fonçai désespérément et je parlai à toute vitesse, en pre- nant à peine le temps de respirer .

« À la chasse, dis-je. Moi, je n'ai pas de fusil, c'est tout naturel que je porte le déjeuner. Vous, ça pourrait vous gêner. Et puis, si vous le mettez dans le carnier, il n'y aura plus de place pour mettre le gibier. Et puis, moi, quand je marche, je ne fais pas de bruit. J'ai bien étudié les Peaux-Rouges, je sais marcher comme un Comanche. La preuve, c'est que j'attrape des cigales tant que je veux. Et puis moi, je vois de loin, et l'autre jour, c'est moi qui vous ai fait voir l'épervier, et encore vous ne l'avez pas vu tout de suite. Et puis vous n'avez pas de chien, et les perdrix, quand vous les tuerez vous ne pourrez pas les retrouver, tandis que moi, je suis petit, je me faufile dans les broussailles... Et puis comme ça, pendant que je les chercherai, vous pourrez en tuer d'autres. Et puis... — Viens ici », dit mon père .

Il posa sa grande main sur mon épaule, et me regarda dans les yeux .

« Tu as entendu ce qu'a dit l'oncle Jules : douze kilomètres dans les collines ! Tu as de bien petites pattes pour marcher si longtemps ! — Elles sont petites, mais elles sont dures, dis-je. Touche- les, c'est comme du bois. » Il tâta mes mollets : « C'est vrai que tu as de bons muscles... — Et puis, je suis léger, moi. Je n'ai pas des grosses fesses comme l'oncle Jules, ça fait que je ne suis jamais fatigué ! — Ho ho ! dit l'oncle Jules, trop heureux de détourner la conversation, je n'aime pas beaucoup qu'on se permette de critiquer mes fesses ! » Mais je n'acceptai pas la discussion, et j'enchaînai : « Elles ne sont pas grosses, les sauterelles, et pourtant elles sautent bien plus loin que toi ! Et puis, quand l'oncle Jules avait sept ans, son père l'emmenait toujours à la chasse. Et moi, maintenant, j'ai huit ans et demi passés. Et pourtant, il a dit que son père était sévère. Alors, c'est une injustice. .. Et puis, si vous ne me voulez pas, moi je vais tomber malade, et déjà j'ai un peu mal au coeur ! » Sur quoi, je courus au mur, et contre mon bras replié, je me mis à pleurer bruyamment .

Mon père ne savait que dire et il caressait mes cheveux. Ma mère entra et, sans un mot, me prit sur ses genoux. J'étais au comble du désespoir. D'abord parce que cette ouverture m'apparaissait comme un grand départ vers l'Aventure, vers les hautes garrigues inconnues que je regardais depuis si longtemps. Et surtout, je voulais aider mon père dans son épreuve : je me glisserais dans les broussailles, et je rabattrais le gibier sur lui. S'il manquait un perdreau, je dirais : « Je l'ai vu tomber ! », et je rapporterais triomphalement quelques plumes que j'avais ramassées dans le poulailler, afin de lui donner confiance. Mais cela, je ne pouvais pas le dire, et mon amour déçu me brisait le coeur .

« Mais aussi, dit ma mère sur un ton de reproche, vous lui en avez trop parlé ! — Ce serait dangereux, dit mon père, surtout le jour de l'ouverture. Il y aura d'autres chasseurs dans la colline... Il est petit et, dans les broussailles, on pourrait le prendre pour un gibier .

— Mais moi, je les verrai, les chasseurs ! criai-je entre deux sanglots. Et alors, si je leur parle, ils comprendront que je ne suis pas un lapin ! — Eh bien, je te promets que tu viendras avec nous dans deux ou trois jours, quand je serai mieux entraîné, et que nous n'irons pas si loin .

— Non ! non ! Je veux faire l'ouverture ! » Alors, l'oncle Jules se montra grand et généreux. « Je me mêle peut-être de ce qui ne me regarde pas, dit-il. Mais à mon avis, Marcel a mérité de faire l'ouverture avec nous. Allons, ne pleure plus. Il portera notre déjeuner, comme il l'a proposé, et il nous suivra bien gentiment, à dix pas derrière les fusils. » Il se tourna vers mon père .

« C'est d'accord, Joseph ? — Si vous êtes d'accord, moi aussi. » La reconnaissance, qui me faisait verser de nouvelles larmes, m'étouffa. Ma mère me caressa doucement la tête, et baisa mes joues mouillées. Alors, je bondis sur mon oncle, je l'escaladai, et je serrai sa grosse tête sur mon coeur battant. « Calme-toi, calme-toi ! » disait mon père. Après deux gros baisers bien appliqués, je descendis d'un bond : je baisai la main de mon père, et levant les bras au ciel, j'exécutai une danse sauvage terminée par un bond qui me porta sur la table, d'où j'envoyai mille baisers aux assistants. « Seulement, dis-je ensuite, il ne faudra pas en parler à Paul, parce qu'il est trop petit. Il ne pourrait pas marcher si loin. — Hé hé, dit mon père, tu vas donc mentir à ton frère ? — Je ne mentirai pas, mais je ne lui dirai rien .

— Mais s'il t'en parle ? dit ma mère .

— Je lui mentirai, parce que c'est pour son bien. — Il a raison ! » dit mon oncle .

Puis, me regardant bien dans les yeux, il ajouta : « Tu viens de dire une parole importante, tâche de ne pas l'oublier : il est permis de mentir aux enfants, lorsque c'est pour leur bien. » Il répéta : « Ne l'oublie pas. » Mais Paul arrivait, assez penaud de ne pas avoir trouvé l'oiseau blessé, et la conversation s'arrêta brusquement .

.

.

.

Pendant le dîner, ma joie était si grande, que je n'arrivai pas à manger, malgré les observations de ma mère. Mais l'oncle ayant parlé de l'appétit des chasseurs comme d'un trait caractéristique de cette race, je dévorai ma côtelette, et je redemandai des pommes de terre .

« Qu'est-ce qu'il te prend ? dit mon père. — Je prends des forces pour demain ! — Que comptes-tu faire demain ? demanda l'oncle sur un ton d'affectueuse curiosité .

— Eh bien, dis-je, l'ouverture .

— L'ouverture? Mais ce n'est pas demain!... s'exclama-t-il. Demain, c'est dimanche ! Est-ce que tu crois qu'il est permis de tuer les bêtes du bon Dieu, le jour du Seigneur ? Et la messe alors, qu'en faistu ? C'est vrai, ajouta-t-il, que vous êtes une famille de mécréants ! Et voilà pourquoi cet enfant a l'idée folle que l'on peut ouvrir la chasse un dimanche ! » Je fus consterné .

« Mais alors, quand est-ce ? — C'est lundi... après-demain.» C'était une désolante nouvelle, car cette journée d'attente allait être un très long martyre. Que faire ? Je me résignai, de fort mauvaise grâce, mais sans mot dire. Puis l'oncle Jules ayant annoncé qu'il tombait de sommeil, tout le monde alla se coucher .

Quand ma mère eut bordé le petit Paul, elle vint me donner le baiser du soir, et me dit : « Demain, je vous finirai les nouveaux costumes d'Indiens, pendant que tu fabriqueras les flèches. Et pour déjeuner, il y aura de la tarte aux abricots avec de la crème fouettée. » Je compris qu'elle me promettait ce régal pour atténuer ma déconvenue, et je lui baisai les mains tendrement .

MAIS dès qu'elle fut sortie, le petit Paul parla. Je ne le voyais pas, parce qu'elle avait soufflé sur la flamme de la bougie. Sa petite voix était calme et froide. « Moi, je le savais qu'ils ne te mèneraient pas à l'ouverture. Moi, j'en étais sûr ! » Je répondis hypocritement : « Je n'ai jamais demandé à y aller. L'ouverture, ce n'est pas pour les enfants .

— Tu es un grand menteur. Moi j'ai vu tout de suite que l'oiseau-mouche, ce n'était pas vrai. Alors, je suis vite revenu, et je me suis mis sous la fenêtre, et j'ai entendu tout ce que vous avez dit, et tout ce que tu as pleuré ! Et même, tu as promis qu'il faut me dire des mensonges. Mais moi, je m'en fous bien d'aller à la chasse. Les vrais coups de fusil, ça me fait trop peur. Mais quand même, tu es un menteur, et l'oncle Jules est encore plus menteur que toi .

— Pourquoi ? — Parce que c'est demain. Moi je le sais. Maman a fait l'omelette aux tomates cet après-midi, et puis elle l'a mise dans les carniers avec un grand saucisson et des côtelettes crues, et du pain, et la bouteille de vin. Moi j'ai tout vu. Et les carniers, ils sont cachés dans le placard de la cuisine, pour pas que tu les voies. Ils vont partir de bonne heure, et toi tu te brosseras. » Cette révélation était accablante. Mais je refusai d'y croire. « Alors tu oses dire que l'oncle Jules a dit des mensonges ? Moi, je l'ai vu habillé en sergent, l'oncle Jules. Et il a une décoration, l'oncle Jules .

— Moi, je te dis qu'ils y vont demain. Et puis, ne me parle plus, parce que j'ai sommeil. » La petite voix se tut, et je restai, les yeux grands ouverts, dans le doute et la nuit .

A-t-on le droit de mentir, quand on est sergent ? Certaine- ment non. La preuve : le sergent Bobillot .

Mais je me rappelai soudain que l'oncle Jules n'avait jamais été sergent, et que je venais de l'inventer dans mon désarroi. De plus, il y avait, dans son passé, la terrible histoire du parc Borély.. .

Quand j'avais découvert son imposture, qu'avait-il fait ? Il s'était mis à rire, tout simplement, et sans la moindre confu- sion .

Cependant, je cherchais des excuses à ce mensonge déjà très ancien, pour diminuer sa valeur de preuve, lorsqu'un souvenir terrible traversa mon esprit .

Dans l'après-midi même, quand j'avais eu la sottise de dire que j'allais mentir à Paul, parce que c'était pour son bien, l'oncle Jules avait saisi la balle au bond. Il m'avait hautement approuvé, pour justifier par avance sa criminelle comédie. Je fus désespéré par cette trahison. Et mon père, qui n'avait rien dit ! Mon père, qui était le complice muet d'un complot dirigé contre son petit garçon... Et maman, ma chère maman, qui avait pensé à la consolante crème fouettée... Je m'attendris soudain sur mon triste sort, et je me mis à pleurer en silence ; au loin, la flûte d'argent de la chouette ajoutait à mon désespoir .

Puis, un doute me revint : Paul était parfois démoniaque ; n'avait-il pas inventé cette histoire pour se venger du coup de l'oiseau ? Toute la maison paraissait dormir : je me levai sans le moindre bruit, et je mis plus d'une minute pour faire tourner le bouton de la serrure... Sous la porte des autres chambres, je ne vis pas le trait de lumière. Je descendis sur mes pieds nus : aucune marche ne craqua. Dans la cuisine, le clair de lune me permit de trouver les allumettes et une bougie. Alors, devant la porte du placard fatidique, j'hésitai un moment. Derrière cette plaque de bois mort, j'allais découvrir la scélératesse de l'oncle Jules, ou la perfidie de Paul — ce serait, de toute façon, une catastrophe sentimentale.. .

Je fis tourner, lentement, la clef... Je tirai... Le vantail vint à moi... J'entrai dans le vaste placard, je haussai la bougie : ils étaient là, les deux gros carniers de cuir fauve, avec leurs poches de filet... Ils étaient gonflés à crever et, de chaque côté, pointait le goulot bouché d'une bouteille... Sur une étagère, à côté des carniers, les deux cartouchières que j'avais garnies moi-même. Quelle fête se préparait ! Une grande indignation me souleva, et je pris une décision farouche : j'irais avec eux, malgré eux ! Je remontai dans ma chambre, avec la légèreté d'un chat, et je fis mon plan .

D'abord, il fallait garder les yeux ouverts. Si je m'endor- mais, j'étais perdu. Jamais de ma vie je n'avais pu me réveiller à quatre heures du matin. Donc, ne pas dormir. En second lieu, préparer mes vêtements, que j'avais, selon mon habitude, jetés un peu partout... À quatre pattes, dans la nuit, je récupérai mes chaussettes, je les mis dans mes espadril- les .

Après d'assez longues recherches, je trouvai ma chemise sous le lit de Paul. Je la remis à l'endroit, ainsi que ma culotte : je les plaçai ensuite sur le pied de mon lit. Alors je me recouchai, assez fier de ma résolution prise — et j'ouvris les yeux de toutes mes forces .

Paul dormait paisiblement. Deux chouettes se répondaient maintenant à intervalles réguliers. L'une n'était pas loin de ma fenêtre, sans doute dans le gros amandier. La voix de l'autre, un peu moins grave, mais plus jolie à mon avis, montait du vallon. Je pensai que c'était la femme qui répondait à son mari. Un mince rayon de lune passait par le trou du volet, et faisait briller le verre, sur ma table de nuit. Le trou était rond, le rayon était plat. Je me promis de demander à mon père l'explication de ce phénomène .

Tout à coup, dans le grenier, les loirs commencèrent une sarabande, qui se termina par une bagarre, avec des bonds et des cris pointus. Puis, le silence se fit, et j'entendis, à travers la cloison, le ronflement de l'oncle Jules, le ronflement paisible et régulier d'un honnête homme, ou d'un criminel endurci. « À mon avis, avait-il dit, Marcel a mérité de faire l'ouverture avec nous ! » Le Cerf Agile avait bien raison : les Visages Pâles ont la langue double ! Et il avait eu l'audace de me mentir « pour mon bien » ! C'était donc me faire du bien, que me réduire au désespoir ? Et moi, qui l'avais serré sur mon coeur si tendrement ! Je lui vouai, solennellement, une rancune éternelle. Je pensai ensuite à la trahison muette de mon père : je me promis cependant de garder le silence sur cet épisode navrant, et je hâtai le pas sur un sentier bordé de broussailles sans épines, qui caressaient mes mollets nus. Je portais un fusil long comme une canne à pêche, qui étincelait au soleil. Mon chien — un épagneul blanc et feu — me précédait, le nez à terre, et lançait de temps à autre un aboiement plaintif tout à fait semblable au cri musical de la chouette ; un autre chien, de loin, lui répondait. Soudain, un oiseau énorme se leva : il avait un bec de cigogne, mais c'était une bartavelle !... Elle vint droit sur moi, d'un vol rapide et puissant : le « coup du roi » ! Je fis le pas en arrière, je visai, je donnai le petit coup sec et, pan ! Dans un nuage de plumes, la bartavelle tomba à mes pieds. Je n'eus pas le temps de la ramasser, car un autre volatile venait encore droit sur moi : dix fois, vingt fois, je réussis le « coup du roi », à la grande stupeur de l'oncle Jules, qui venait de sortir d'un fourré, avec une horrible tête de menteur. Je lui offris tout de même de la crème fouettée, et je lui abandonnai toutes mes bartavelles, en lui disant : « On a le droit de mentir aux grandes personnes, quand c'est pour leur Bien. » Après quoi, je m'étendis sous un arbre, et j'allais m'endormir, lorsque mon chien vint me parler à l'oreille. Il dit, dans un chuchotement : « Écoute-les ! Ils partent sans toi ! » Je m'éveillai pour tout de bon. Paul était près de mon lit, et tirait doucement mes cheveux .

« Je les ai entendus, dit-il. Ils sont passés devant la porte. Ils ont écouté. J'ai vu la lumière par le trou de la serrure. Après, ils sont descendus sur la pointe des pieds. » Un robinet coulait dans la cuisine .

J'embrassai Paul et je m'habillai en silence. La lune s'était couchée, il faisait nuit noire. À tâtons, je trouvai mes vêtements. « Qu'est-ce que tu fais ? dit Paul .

— Je vais avec eux .

— Ils ne te veulent pas .

— Je vais les suivre de loin, à l'indienne, pendant toute la matinée... À midi, ils ont dit qu'ils mangeraient près d'un puits. Alors, à ce moment, je me ferai voir, et, s'ils veulent me renvoyer, je dirai que je vais me perdre, et alors ils n'oseront pas .

— Peut-être tu vas recevoir une bonne gifle. — Tant pis. J'en ai reçu d'autres, et des fois pour rien du tout.. .

— Si tu te caches dans les broussailles, peut-être l'oncle Jules te prend pour un sanglier, et il te tue .

Ça serait bien fait pour lui, seulement, toi, tu seras mort ! — Ne t'inquiète pas pour moi. » Grâce à un emprunt discret à Fenimore Cooper, j'ajoutai : « La balle qui me tuera n'est pas encore fondue ! — Et maman, qu'est-ce qu'il faut lui dire ? — Est-ce qu'elle est en bas avec eux ? — Je ne sais pas... Je ne l'ai pas entendue. — Je lui laisserai un petit billet sur la table de la cuisine. » Avec de grandes précautions, j'ouvris la fenêtre, sans tou- cher aux volets extérieurs. Je grimpai sur la barre d'appui, et je collai mon oeil au trou de la lune .

Le jour pointait ; le sommet du Taoumé, au-dessus des plateaux encore sombres, était bleu et rose .

En tout cas, je voyais nettement le chemin des collines : ils ne pourraient pas m'échapper .

J'attendis. Le robinet ne coulait plus. « Et si tu rencontres un ours ? chuchota Paul. — On n'en a jamais vu dans le pays .

— Peut-être qu'ils se cachent. Fais bien attention. Prends le couteau pointu dans le tiroir de la cuisine .

— C'est une bonne idée, je le prendrai. » Dans le silence, nous entendîmes des pas, sur des souliers ferrés. Puis la porte s'ouvrit, et se referma. Je courus aussitôt à la fenêtre, et j'entrebâillai très légèrement les volets. Les pas faisaient le tour de la maison : les deux traîtres parurent, et commencèrent à monter vers la lisière des pinèdes. Papa avait mis sa casquette et ses jambières de cuir. L'oncle Jules, son béret et ses bottes lacées. Ils étaient beaux, malgré leur mauvaise conscience, et ils marchaient d'un bon pas, comme s'ils me fuyaient .

J'embrassai Paul, qui se recoucha aussitôt, et je descendis au rez-de-chaussée. Rapidement, je rallumai la bougie, je déchirai une page de mon cahier .

Ma chère petite maman. Ils ont fini par m'emmener avec eux. Ne te fais pas de Mauvais Sang. Gardemoi de la crème fouettée. Je te fais deux mille bises .

Je mis ce papier bien en évidence sur la table de la cuisine. Puis je glissai dans ma musette un morceau de pain, deux barres de chocolat, une orange. Enfin, serrant le manche du couteau pointu, je m'élançai sur la piste des fusilleurs .

JE ne les voyais plus, et je n'entendais rien. Mais pour un Comanche, les retrouver ne serait qu'un jeu. Je montai la pente en courant aussi légèrement que je pus, jusqu'à l'orée de la pinède. Je m'arrêtai, j'écoutai : il me sembla percevoir, plus haut, un bruit de pas dans les pierres. Je repris ma course, en rasant les fourrés. J'arrivai à la fin de la première pinède, au bord d'un plateau : on y avait, jadis, cultivé des vignes. Des sumacs, des romarins, des cades les avaient remplacées. Mais cette végétation n'était pas très haute, et je vis au loin la casquette et le béret. Ils avaient encore le fusil à l'épaule, et marchaient toujours d'un bon pas. Près d'un grand pin, ils s'arrêtèrent : le béret descendit sur le flanc du coteau, vers la gauche, tandis que la casquette continua tout droit. Mais elle montait et plongeait tour à tour, comme une casquette qui marche pas à pas, sur la pointe des pieds. Je compris que la chasse était commencée... Mon coeur battit plus vite... Je retins mon souffle, et j'attendis. Une détonation puissante éclata soudain, et se répercuta longuement, en sautant d'un écho à l'autre, contre les à-pics du vallon... Je courus au pin le plus proche, et j'y grimpai, épouvanté. Je m'assis à califourchon sur une grosse branche, craignant l'apparition subite d'un sanglier blessé, celui-là même qui avait dévidé sur dix mètres les entrailles du braconnier manchot .

Comme rien ne paraissait, je craignis alors qu'il ne fût en train d'éventrer mon père, et je priai Dieu -s'il existait — de le diriger plutôt sur mon oncle, qui croyait au Paradis et mourrait, par conséquent, plus volontiers. Mais le béret apparut sur ma gauche, au-dessus d'un cade : il tenait en l'air, à bout de bras, un oiseau noir, de la taille d'un petit pigeon, et il criait : « C'est un beau merle ! » La casquette, émergeant d'une forêt de genêts, vint rapidement vers lui. Ils semblèrent se concerter, puis se séparèrent de nouveau. Je me laissai glisser jusqu'au sol, et je tins conseil avec moi- même. Fallait-il descendre derrière eux au fond du vallon ? La hauteur des broussailles m'empêcherait de voir la chasse et d'autre part — comme l'avait dit mon père — je m'exposais à recevoir par erreur un coup de fusil .

Tandis que si je continuais à suivre la crête, juste au bord de la barre, mais derrière les térébinthes, je pourrais tout voir sans être vu. De plus, au cas où ils blesseraient un sanglier, je serais hors de ses atteintes, et je pourrais même achever le monstre en faisant tomber sur lui des blocs de rocher. Je filai donc à travers les kermès, qui griffaient mes mollets, les cades et les gené- vriers... Je fis d'abord un assez grand détour sur le plateau, puis je me glissai sous le fourré, et je parvins au bord de F à-pic. Ils étaient au fond d'un large vallon de roches bleues. Au milieu, le lit — à sec — d'un ruisseau des pluies. Peu d'arbres, mais des fourrés d'argéras qui leur arrivaient à la ceinture .

De mon côté, mon père marchait à mi-pente. Il tenait son fusil pointé devant lui, la crosse sous le coude, la main droite sur la gâchette, la main gauche sous le pontet. Il avançait à pas prudents, le dos voûté, enjambant les broussailles. Il était beau à voir (beau et menaçant) et je fus assez fier de lui. Sur la pente d'en face, l'oncle suivait un chemin parallèle. De temps à autre, il s'arrêtait, ramassait une pierre, la lançait au fond du vallon, et attendait quelques secondes : je les voyais bien mieux que si j'avais été avec eux. À la troisième pierre, un gros oiseau jaillit du fourré et fila comme une flèche vers l'arrière de la chasse. Avec une rapidité merveilleuse, l'oncle épaula, visa, tira : l'oiseau tomba comme une pierre, suivi par quelques plumes, qui descendirent lentement dans le soleil .

Mon père, au pas de course, et sautant par-dessus les épines, alla ramasser le gibier, et le montra de loin à l'oncle qui cria : « C'est une bécasse ! Mettez-la dans votre carnier, et reprenez votre ligne, à vingt mètres de la falaise. » Cette adresse, ce sang-froid, cette maîtrise échauffèrent mon enthousiasme : l'oncle Jules venait de confirmer, en plein soleil, l'exactitude de ses récits de chasse .

Je sentis fondre ma rancune, et mon désir de le scalper : un Buffalo Bill a tous les droits, et je bombai puissamment ma poitrine à la pensée que j'étais son neveu .

Ils continuèrent leur marche : mais comme ils avaient dépassé mon observatoire, je me retirai avec précaution, et sur l'immense plateau de garrigue, je décrivis un nouvel arc de cercle, afin de les dépasser à mon tour. Le soleil étincelait, à deux mètres au-dessus de l'horizon, et je courais dans l'odeur des lavandes matinales que j'écrasais au passage. Quand il me sembla que j'étais plus loin qu'eux, je rabattis ma course vers la barre : mais tout à coup, je vis courir devant moi une sorte de poulet doré, qui avait des taches rouges à la naissance de la queue. L'émotion me paralysa : un perdreau ! C'était un perdreau !... Il filait aussi vite qu'un rat, et disparut dans un cade énorme .

Aveuglément, je m'élançai à travers ces rameaux sans épines. Mais des plumes rouges couraient déjà de l'autre côté, car le poulet n'était pas seul : j'en vis deux autres, puis quatre, puis une dizaine.. .

J'obliquai alors vers ma droite, pour les forcer à fuir vers la barre, et cette manoeuvre réussit ; mais ils ne prirent par leur vol, comme si ma présence désarmée n'exigeait pas les grands moyens. Alors, je ramassai des pierres et je les lançai devant moi : un bruit énorme, pareil à celui d'une benne de tôle qui vide un chargement de pierres, me terrorisa ; pendant une seconde, j'attendis l'apparition d'un monstre, puis je compris que c'était l'essor de la compagnie, qui fila vers la barre, et plongea dans le vallon. Comme j'arrivais au bord de l'à-pic, deux détonations presque simultanées retentirent. Je vis mon père, qui venait de tirer, et qui suivait du regard le vol plané des belles perdrix... Mais toutes glissaient dans l'air du matin, sans le moindre frémissement.. .

C'est alors que, d'une grande touffe de genêts, surgit le béret, qui était surmonté d'un fusil. Il tira posément : la première perdrix bascula sur la gauche, et tomba, décrochée du ciel. Les autres firent un crochet vers la droite : le fusil décrivit un quart de cercle, et le second coup retentit : une autre perdrix parut exploser, et s'abattit presque à la verticale. À voix basse, je criai de joie... Les deux chasseurs, après quelques recherches, ramassèrent les victimes, qui étaient à cinquante mètres l'une de l'autre, et les brandirent à bout de bras. Mon père criait : « Bravo ! » Mais pendant qu'il mettait la perdrix dans son carnier, je le vis faire un petit saut sur place, et retirer fébrilement les douilles vides de son fusil : un beau lièvre, qui venait de lui passer entre les jambes, n'attendit pas la fin de l'opération et s'enfonça dans la broussaille, la queue en l'air et les oreilles droites... L'oncle Jules levait les bras au ciel : « Malheurreux ! il fallait recharrger tout de suite ! Dès qu'on a tirré, on rrecharrge ! ! ! » Mon père, navré, ouvrit des bras de crucifié, et rrecharrgea trristement .

Pendant toute l'affaire, j'étais debout au bord de la barre mais les chasseurs, hypnotisés par les perdrix, ne m'avaient pas vu. Je compris soudain mon imprudence, et quelques pas en arrière me cachèrent de nouveau .

J'étais consterné par notre échec, qui prit pour moi les proportions d'une catastrophe. Il avait manqué deux fois le « coup du roi », et ce lièvre, pour se moquer de lui, l'avait forcé à battre un petit entrechat avant de lui montrer son derrière. C'était d'un comique navrant .

Je lui cherchai aussitôt des excuses : comme il était juste sous la barre, il n'avait pas eu le temps de voir venir les perdreaux, tandis que l'oncle Jules avait pu tirer comme à l'exercice .

D'autre part, il ne connaissait pas encore son fusil et l'oncle Jules avait bien dit que c'était le plus important... Enfin, c'était sa première sortie, sa première émotion de chasse, et c'est pourquoi il n'avait pas pensé à « rrecharrger ». Mais en fin de compte, je fus bien forcé de reconnaître que cet épisode justifiait toutes mes craintes : je résolus de ne jamais en parler à personne, et surtout pas à lui .

Qu'allait-il se passer maintenant ? Allait-il réussir un coup honorable ? Lui, mon père, maître d'école, examinateur au Certificat, qui tirait si bien aux boules, et qui jouait souvent aux dames contre l'illustre Raphaël devant un cercle de connaisseurs, allait-il rentrer bredouille, tandis que l'oncle Jules serait tapissé de perdrix et de lièvres comme la devanture d'un magasin ? Non, non ! cela ne serait pas : je le suivrais toute la journée, et je lui enverrais tant de volatiles, et de lapins, et de lièvres, qu'il finirait bien par en tuer un ! J'avais fait ces réflexions, adossé à un pin où les petites cigales noires des collines, dans le parfum de la résine chaude, sciaient des roseaux bien secs, et je mâchais nerveusement une brindille de romarin. Je repris ma route, pensif, les mains dans les poches, la tête basse. Un coup de fusil, assourdi par la distance, me tira de mes réflexions. Je courus vers le bord de la barre. Les chasseurs étaient déjà loin : ils arrivaient au bout du vallon, qui débouchait sur une grande plaine rocheuse... Je courus pour les rattraper : mais je les vis tourner sur la droite, et disparaître dans une pinède, derrière la base du Taoumé, qui se dressait maintenant devant moi .

Je décidai de descendre au fond du vallon, et de suivre leurs traces... Mais la barre avait bien cent mètres à pic, et je ne voyais aucune cheminée. Je pensai alors à revenir sur mes pas, pour retrouver le chemin qu'ils avaient pris quand je les avais quittés : mais nous avions marché plus d'une heure. Je calculai qu'il me faudrait au moins vingt minutes pour revenir — au pas de course — jusqu'à mon point de départ. J'aurais ensuite à remonter tout le vallon, où il me serait difficile de courir, à cause des genêts épineux qui s'élevaient plus haut que ma tête ; soit une bonne demi-heure. Et pendant tout ce temps, où seraient-ils allés ? Je m'assis sur une pierre, pour réfléchir à la situation .

Fallait-il donc, tout bêtement, rentrer à la maison ? J'y perdrais sans aucun doute la considération de Paul, et ma mère me consolerait avec une tendresse humiliante. Il me resterait cependant la gloire d'une tentative courageuse, et d'un retour périlleux qu'un récit pourrait embellir. Mais avais-je le droit d'abandonner Joseph, seul avec son fusil ridicule, derrière ses lunettes de myope, pour lutter contre le roi des chasseurs ? Non. Cette trahison serait pire que la sienne. Le problème était donc de les rejoindre... N'allais-je pas me perdre dans ces solitudes ? Mais je repoussai en ricanant cette crainte enfantine : il n'y avait qu'à garder le sang-froid de la détermination d'un vrai Comanche. Puisqu'ils avaient contourné le pic par la base, en allant de gauche à droite, je les rencontrerais forcément si je marchais tout droit devant moi. J'examinai la masse du Taoumé. Elle était considérable, et la distance à parcourir serait sans doute assez longue. Je décidai de ménager mes forces, en adoptant le trot léger des Indiens : les coudes au corps, les mains croisées sur la poitrine, les épaules en arrière, la tête baissée. Courir sur la pointe des pieds. Un arrêt tous les cent mètres, pour écouter les bruits de la forêt, et faire trois inspirations calmes et profondes .

Avec une détermination tout à fait indienne, je pris le départ .

LA pente qui montait devant moi était maintenant à peine sensible. Le sol n'était qu'une immense dalle de calcaire bleuté, sillonnée de fentes toutes brodées de thym, de rue et d'aspic... De temps à autre, sortant de la pierre nue, un cade gothique ou un pin, dont le tronc, épais et noueux, contrastait avec la petite taille de l'arbre, qui n'était guère plus grand que moi : on voyait que cet affamé soutenait depuis des années une lutte farouche contre la dure pierre, et qu'une seule goutte de sève devait lui coûter des jours de patience. À ma gauche, le sommet du Taoumé, à force d'avoir trempé dans le ciel, était d'un bleu pâle, un bleu de lessive, et je trottais vers son épaule gauche, à travers un air vaporeux que la chaleur faisait danser. Tous les cent mètres, selon le rite indien, je m'arrêtais et je gonflais ma poitrine trois fois .

Au bout de vingt minutes, j'arrivai sous le pic, et le paysage changea. Le plateau rocheux était coupé par l'amorce d'un ravin sauvage : entre les blocs éboulés, de grands pins et de hautes broussailles .

J'en atteignis facilement le fond, mais il me fut impossible de franchir la barre opposée : la distance m'avait trompé sur sa hauteur ; je suivis donc le pied de la falaise, sûr que j'étais d'y trouver une cheminée .

Le trot du chef indien fut alors ralenti par les rideaux de clématites et les enchevêtrements de térébinthes. Les petites feuilles du chêne kermès, qui portent, sur leurs bords, quatre piquants symétriques, se glissaient dans mes espadrilles, dont le côté bâille un peu quand on marche sur la pointe des pieds : je m'arrêtais de temps à autre pour me déchausser, et je les vidais en battant le rocher .

À chaque instant, des oiseaux s'envolaient sous mes pas, ou sur ma tête... Autour de moi, je ne pouvais voir à plus de dix mètres. Les arbres, les fourrés, et les deux parois de la gorge me cachaient le reste de l'univers .

Je commençai à être vaguement inquiet : c'est pourquoi je pris, dans ma musette, le redoutable couteau pointu, dont je serrai fortement le manche dans mon poing. L'air était calme, et les puissantes odeurs de la colline, comme une invisible fumée, emplissaient le fond du ravin. Le thym, l'aspic, le romarin verdissaient l'odeur dorée de la résine, dont les longues larmes immobiles brillaient dans l'ombre claire sur les écorces noires ; je marchais sans le moindre bruit dans le silence de la solitude, quand des sons effrayants éclatèrent à quelques pas de moi .

C'était une cacophonie de trompettes éperdues, de sanglots déchirants, de cris désespérés. Ces sons mystérieux étaient d'une intensité de cauchemar, et les échos successifs de la gorge les amplifiaient en les multipliant .

Je demeurai fige sur place, tout tremblant, glace de peur. Le tintamarre s'arrêta soudain, dans un silence immobile, qui me parut plus terrible encore. À ce moment, derrière moi, en haut de la barre, la course d'un lapin fit rouler une pierre : elle tomba sur un clapier de cailloux bleus, qui formait un éventail, sur la pente raide d'une sorte de balcon. Le clapier se mit en marche, dans un bruit de grêle et de désastre, et coula jusqu'à mes talons submergés. Alors le malheureux chef comanche bondit comme une bête surprise, et se trouva tout à coup accroché au milieu d'un pin, dont je serrai le tronc contre mon coeur, comme si c'eût été ma mère. Je respirai profondément, j'écoutai le silence .

J'aurais aimé entendre une cigale — il n'y en avait pas .

Autour de moi, les ramures étaient impénétrables. Je voyais, en bas, sur les ramilles sèches, briller la lame de mon couteau. Je me préparais à descendre sans faire de bruit, lorsque la menaçante cacophonie éclata de nouveau, plus violente que la première fois. Pris d'une peur panique, je montai presque au sommet du pin, sans pouvoir contenir de faibles gémisse- ments... Et tout à coup je vis, sur les plus hautes branches d'un chêne mort, une dizaine d'oiseaux étincelants : leurs ailes étaient d'un bleu très vif, coupé par deux raies blanches. Le col et le croupion, d'un beige clair, précédaient une queue noire et bleue, et le bec était jaune canari. Sans motif aucun, et comme pour le plaisir, la tête rejetée en arrière, ils hurlaient, criaient, gémissaient, miaulaient, avec une puissance démoniaque. La colère fit place à la peur. Je me laissai glisser jusqu'au pied du pin. Je ramassai mon couteau, puis une excellente pierre plate, et je courus vers l'arbre de ces aliénés. Mais au bruit de ma course, toute la bande prit son vol, et transporta dans un pin, en haut de la barre, son ridicule charivari. Je m'assis sur le gravier brûlant, sous prétexte de vider, une fois de plus, mes espadrilles, mais en réalité pour me remettre de ces émotions, et je croquai une barre de chocolat. J'écoutai longuement la colline : je n'entendis qu'un silence de mort. Quoi ? Pas un seul chasseur le jour de l'ouverture ? Je devais apprendre plus tard que les gens du pays ne sortaient jamais ce jour-là : comme ils eussent rougi de prendre un « permis » pour chasser sur des terres qui étaient leur patrie, ils craignaient le zèle des gendarmes d'Aubagne, que l'ouverture excitait particulièrement .

Je regardai derrière moi, pour mesurer le chemin parcouru, et je vis, là-haut, dans le ciel, une montagne inconnue, dont le sommet rocheux s'allongeait sur au moins cinq cents mètres. C'était le Taoumé, mais comme je n'avais jamais vu que sa face, je ne le reconnus pas. Ainsi le premier astronome qui verra l'autre côté de la lune cataloguera un astre nouveau. Je fus d'abord perplexe, puis inquiet. Je regardai encore, et de tous côtés. Je ne vis aucun repère : je décidai alors de retourner à la maison, ou plutôt vers la maison : car, pour sauver la face, je ne me montrerais pas .

J'attendrais, à la lisière des pinèdes, le retour des chasseurs, et je rentrerais avec eux. Je revins donc sur mes pas, ce qui me paraissait facile : j'avais compté sans la malice des choses. Les chemins qu'on laisse derrière soi en profitent pour changer de visage. Le sentier, qui partait vers la droite, a changé d'idée : au retour, il s'en va vers la gauche... Il descendait par une pente douce : le voilà qui monte comme un remblai, et les arbres jouent aux quatre coins. Cependant, comme j'étais au fond d'une gorge, le doute n'était pas permis : il suffisait de faire demi-tour, et de remonter le ravin, sans tenir compte de cette sorcellerie. Mon couteau à la main, je revins sur mes pas. En bon Comanche, je cherchai mes traces : une empreinte, une pierre déplacée, une branche brisée. Je ne vis rien, et je pensai à la merveilleuse intelligence du Petit Poucet, génial inventeur de la piste préfabriquée : il était bien trop tard pour l'imiter. J'arrivai soudain à une sorte de carrefour : le val se divisait en trois gorges qui remontaient en pied-de-poule jusqu'au flanc du mystérieux sommet... Je n'avais pas vu, à la descente, les deux autres... Comment cela s'était-il fait ? Je réfléchis, tout en regardant tour à tour chacune des trois branches... Je compris tout à coup : les broussailles étaient plus hautes que moi ; à la descente, regardant tout droit devant moi, je n'avais vu que le ravin que je suivais, et qui était, comme je l'ai dit, assez tortueux. Mais où était ma route ? J'aurais dû raisonner et comprendre que j'étais descendu dans le premier ravin à ma gauche, puisque, sur le plateau, je n'avais traversé aucun des deux autres. Mais le malheureux chef comanche acheva de perdre le Nord : il tomba assis par terre, et se mit à pleurer. Cependant, je compris bien vite l'inutilité honteuse de ce désespoir : il fallait faire quelque chose, il fallait agir rapidement, comme un homme. Et d'abord, reprendre des forces, car, malgré l'incroyable dureté de mes mollets, je ressentais une très inquiétante fatigue .

À l'entrée de l'un des ravins, se dressait une yeuse à sept ou huit troncs, disposés en cercle, et ses ramures d'un vert sombre surgissaient d'un îlot de broussailles, où les déchirants argéras se mêlaient aux chênes kermès. Cette masse de verdure épineuse paraissait impénétrable ; mais je baptisai mon couteau « machette », et j'entrepris de me frayer un passage. Après un bon quart d'heure d'efforts, et mille piqûres fié- vreuses, je franchis enfin le cercle défensif : je découvris, au milieu des troncs, un grand rond de baouco. Je m'y installai, avec un sentiment réconfortant de sécurité : j'étais invisible, et d'autre part, je notai que l'un des troncs permettait une escalade facile : avantage inappréciable en cas de sanglier blessé. Je m'étendis sur le dos dans l'herbe douce, les mains croisées sous ma nuque. Au centre de l'yeuse, il y avait un grand rond de ciel : au beau milieu, un oiseau de proie, presque immobile, surveillait le paysage .

Je pensai que ce vautour — ou ce condor — voyait en ce moment même mon père et mon oncle en train de faire griller leurs côtelettes sur de la braise de romarin, car le soleil était au zénith .

Après un repos de quelques minutes, j'ouvris ma musette, et je mangeai, de grand appétit, mon pain et mon chocolat. Mais je n'avais rien apporté pour boire, et ma gorge était bien sèche. J'eus bonne envie de dévorer l'orange. Mais un Comanche sait prévoir le mauvais sort, et je la remis dans mon sac, car j'avais à ma disposition une autre ressource : je savais — par Gustave Aymard — qu'il suffisait de sucer un caillou pour ressentir une impression de fraîcheur délicieuse. La nature prévoyante, dans cette contrée privée de sources, n'avait pas épargné les cailloux. J'en choisis un tout rond, bien lisse, et gros comme un pois chiche, et je le plaçai, selon la technique, sous ma langue.. .

Le ravin de droite montait vers le ciel ; je vis qu'à deux cents mètres devant moi, il s'arrêtait devant un éboulis en pente douce, qui me permettrait de monter sans doute sur un plateau : je pourrais enfin voir l'ensemble du paysage, peut-être le village, peut-être ma maison. Je repris aussitôt confiance, et je me mis en marche d'un pas léger .

CE ravin était, comme l'autre, hérissé de broussailles, mais le cade et le romarin y dominaient. Ces plantes paraissaient beaucoup plus vieilles que celles que j'avais vues jusqu'ici ; je pus admirer un cade si large et si haut qu'il avait l'air d'une petite chapelle gothique, et des romarins bien plus grands que moi. Peu de vie, dans ce désert : une cigale des pins qui chantait assez mollement, et trois ou quatre petites mouches, d'un bleu d'azur, qui me suivirent, infatigables, en bourdon- nant comme de grandes personnes .

Soudain, une ombre passa sur le taillis. Je levai la tête, et je vis le condor. Il était descendu du zénith, et il planait majes- tueusement : l'envergure de ses ailes me parut deux fois plus grande que celle de mes bras. Il s'éloigna, sur ma gauche. Je pensai qu'il était venu par curiosité pure, pour jeter un coup d'oeil sur l'intrus qui osait pénétrer dans son royaume. Mais je le vis prendre un large virage en passant derrière moi et revenir sur ma droite : je constatai alors avec terreur qu'il décrivait un cercle dont j'étais le centre, et que ce cercle descendait peu à peu vers moi ! Alors, je pensai au vautour affamé qui suivit un jour, à travers la savane, le Chercheur de Pistes blessé, et sur le point de mourir de soif. « Ces féroces créatures suivent pendant des jours entiers le voyageur à bout de forces, et savent attendre patiemment sa dernière chute, pour arracher des lambeaux sanglants de sa chair encore palpitante. » Je saisis alors mon couteau — que j'avais eu l'imprudence de remettre dans ma musette — et je l'aiguisai ostensiblement sur une pierre. Il me sembla que le cercle de la mort cessait de descendre. Puis, pour montrer à la bête féroce que je n'étais pas à bout de forces, j'exécutai une danse sauvage, terminée par de grands éclats de rire sarcastiques, si bien répercutés par les échos du ravin qu'ils m'effrayèrent moi-même... Mais cet arracheur de lambeaux sanglants n'en parut pas intimidé, et reprit sa descente fatale. Je cherchai des yeux — ces yeux qu'il devait crever de son bec recourbé — un refuge : ô bonheur ! À vingt mètres sur ma droite, une ogive s'ouvrait dans la paroi rocheuse. Je dressai mon couteau la pointe en l'air, et criant des menaces d'une voix étranglée, je me dirigeai vers l'abri de la dernière chance... Je marchais tout droit devant moi, à travers les cades et les romarins, les mollets déchirés par les petits kermès, dans le gravier des garrigues qui roulait sous mes pieds... L'abri n'était plus qu'à dix pas : hélas, trop tard ! Le meurtrier venait de s'immobiliser, à vingt ou trente mètres au- dessus de ma tête : je voyais frémir ses ailes immenses, son cou était tendu vers moi... Soudain, il plongea, à la vitesse d'une pierre qui tombe. Fou de peur, et mes yeux cachés derrière mon bras, je me lançai à plat ventre sous un gros cade, avec un hurlement de désespoir. Au même instant retentit un bruit terrible, le bruit roulant d'un tombereau qui se décharge : une compagnie de perdrix s'envolait, épouvantée, à dix mètres devant moi, et je vis remonter l'oiseau de proie : d'un vol ample et puissant, il emportait dans ses serres une perdrix tressaillante, qui laissait couler dans le ciel une traînée de plumes désespérées .

Je contins à grand-peine quelques sanglots nerveux, que le Coeur Loyal eût blâmés, et quoique le danger fût passé, j'allai me réfugier dans l'abri, pour essayer d'y retrouver mon sang- froid .

C'était une crevasse en forme de tente, à peine plus haute que moi, et large d'environ deux pas. Je donnai quelques coups de pied dans la baouco qui tapissait le sol, puis, assis contre la paroi, j'examinai la situation .

Je compris d'abord que le vautour n'avait jamais eu l'inten- tion de m'attaquer, mais qu'il suivait les perdrix : ces malheureux volatiles avaient fui longuement devant moi, sans oser prendre leur essor, à cause du meurtrier volant, qui les attendait à la sortie... Cette théorie me rassura sur la suite des événements : le vautour ne reviendrait plus. Je me félicitai ensuite d'avoir choisi, pour calmer ma soif, un caillou bien lisse et bien rond, car je constatai que, dans mon désarroi, je l'avais avalé .

La peau de ma joue droite me « tirait ». J'y portai la main, pour la frictionner, mais ma paume y resta collée : en m'ap- puyant contre le pin quand les oiseaux bleus m'avaient fait peur, je l'avais enduite de résine. Je savais, par expérience, que si l'on ne disposait pas d'huile ou de beurre, il n'y avait rien à faire, qu'à supporter ces tiraillements, et cette sensation d'avoir une joue en carton. Mais quand on a choisi l'état de Comanche, d'aussi petites misères ne devraient même pas être mentionnées .

L'état de mes mollets était plus inquiétant. Ils étaient striés de longues raies rouges, qui se croisaient comme les fils d'un grillage, et un grand nombre de fines épines y étaient encore plantées .

Patiemment, je les arrachai l'une après l'autre, entre deux ongles. Puis, comme tant de petites blessures me brûlaient, j'allai cueillir quelques plantes : chacun sait que les plantes des collines cicatrisent rapidement les plaies... Je dus sans doute me tromper de plantes, car après une bonne friction avec du thym et du romarin, je ressentis de si vives brûlures que je me mis à danser, en poussant des cris de douleur... Pour me réconforter, je mangeai aussitôt la moitié de l'orange, ce qui me fit le plus grand bien .

Je tentai alors de monter sur le plateau, mais l'ascension de l'éboulis final fut plus difficile que je ne pensais, et je découvris que les éboulis ont une tendance naturelle à s'ébouler : lorsque j'arrivais presque au sommet, en avançant à quatre pattes, je repartais en arrière, sur un tapis roulant de cailloux. J'allais désespérer de mon succès final, lorsque je découvris une cheminée praticable, un peu étroite pour un homme, mais faite pour moi .

J'arrivai enfin sur le plateau. Il était immense et fort pau- vrement boisé : toujours des kermès, des romarins, des cades, du thym, de la rue, des lavandes. Toujours les petits pins au tronc noué, penchés dans le sens du mistral, et les grandes dalles de pierres bleues. Je fis le tour de l'horizon : j'étais entouré de collines, cernées elles-mêmes par un cercle lointain de montagnes que je ne connaissais pas. La situation était grave .

JE décidai qu'il fallait d'abord m'orienter. Mon père m'avait dit cent fois : « Si tu regardes le levant, bien en face, le couchant est derrière toi. À ta gauche, tu as le nord, à ta droite, le midi. C'est simple comme bonjour ! » Eh oui, très simple. Mais où était le levant ? Je regardai le soleil. Il avait quitté le milieu du ciel, et comme je savais que midi était passé, je fus assez content d'avoir découvert le couchant .

Je lui tournai donc le dos, j'étendis les bras, et j'affirmai à haute voix : « À ma droite le midi. À ma gauche le nord. » Après quoi, je m'aperçus que, faute d'un point de repère, cette merveilleuse connaissance ne pouvait me servir à rien. Dans quelle direction était ma maison ? Ces maudits ravins m'avaient fait faire un grand nombre de détours... Je fus absolument découragé, et d'un découragement si profond et si désespéré que je décidai de jouer à autre chose. Je commençai par lancer des pierres, à la façon des bergers, en frappant mon poignet contre ma hanche. Sur ce plateau, il y avait un choix merveilleux de cailloux minces, parfaitement plats, et de toutes les dimensions. Ils filaient dans les airs en tournant sur eux-mêmes avec une aisance prodigieuse. À mesure que je mettais au point ma technique, ils volaient de plus en plus loin. Le dixième frappa un cade, d'où surgit un admirable lézard vert, qui était aussi long que mon bras... Il fila comme une longue émeraude et disparut dans un bouquet de genévriers... Je courus, une pierre dans chaque main. Pour effrayer le lézard, je lançai la première. Au même instant, je vis jaillir de la verdure compacte une extraordinaire créature, grosse comme un rat des champs, qui fit un bond d'au moins cinq mètres, pour retomber sur une grande table de roches : elle n'y resta pas le quart d'une seconde, mais j'eus le temps de voir qu'elle était faite comme un minuscule kangourou : ses pattes de derrière, d'une longueur démesurée, étaient noires et lisses comme des pattes de poule, tandis que son corps était habillé d'une fourrure beige, et surmonté de petites oreilles droites. Je reconnus une gerboise, car l'oncle Jules m'en avait fait la description. Elle jaillit de nouveau, légère comme un oiseau, et gagna en trois bonds une forêt en miniature de chênes kermès. J'essayai en vain de l'y poursuivre : elle n'était plus nulle part, mais pendant que je la cherchais, je découvris une sorte de hutte conique, faite de pierres plates, et très ingénieusement disposées. Chaque rang circulaire avançait vers le centre, de la largeur d'un doigt, si bien qu'au sommet, les cercles diminués à chaque étage finissaient par se rejoindre. Le dernier laissait un vide grand comme une assiette, qui était couvert d'une belle pierre plate. La vue de ce refuge me rappela ma triste situation : le soleil descendait vers l'horizon, et cette hutte de berger me sauverait peut-être la vie... Je n'y entrai pas tout de suite : chacun sait que dans la prairie, une cabane abandonnée cache parfois le Sioux ou l'Apache, dont le tomahawk est dressé dans l'ombre, prêt à fendre le crâne du voyageur trop confiant... D'autre part, je pouvais y trouver un serpent, des araignées venimeuses ou le scorpion géant des sables, qui vous saute au visage en sifflant... À travers le trou qui servait d'entrée, je plongeai un rameau de pin, que j'agitai dans tous les sens, en proférant quelques menaces. Le silence me répondit. Avisant une meurtrière, j'examinai l'intérieur. Il n'y avait rien, si ce n'est une couche d'herbes sèches, sur laquelle un chasseur avait dû dormir. Je me glissai dans la hutte, que je trouvai fraîche et sûre. Là, du moins, je pourrais passer la nuit à l'abri des fauves noctur- nes, tels que le puma ou le léopard, mais je constatai avec inquiétude que le trou d'entrée n'avait pas de porte !... J'eus aussitôt l'idée de réunir un bon nombre de pierres plates et de le boucher par un petit mur, quand l'heure serait venue de me réfugier dans ma forteresse. J'abandonnai donc mon rôle de trappeur, et mon astuce de Comanche, et j'eus aussitôt la courageuse patience de Robinson .

Première déconvenue : il n'y avait pas une seule pierre plate autour de la hutte. Où donc le berger avait-il trouvé celles qui lui avaient servi ? Je compris dans un éclair de génie qu'il les avait prises là où il n'en restait plus. Je n'avais qu'à chercher plus loin : ce que je fis, avec succès... Pendant que je transportais ces matériaux — qui m'écor- chaient les mains — je pensais : « Pour le moment, personne n'a d'inquiétude. Les chasseurs me croient à la maison, et ma mère me croit avec eux.. .

Mais quand ils vont rentrer, quelle catastrophe ! Maman va peut-être s'évanouir ! En tout cas, elle va pleurer. » Sur quoi je me mis à pleurer moi-même, tout en serrant sur mon ventre écrasé une pierre parfaitement plate, mais qui pesait autant que moi .

J'aurais bien voulu, comme Robinson, « adresser au Ciel une fervente prière », pour obtenir l'appui de la Providence. Mais des prières, je n'en savais pas. Et puis, la Providence — qui n'existe pas, mais qui sait tout — n'avait que fort peu de raisons de s'intéresser à moi .

Cependant, j'avais entendu dire : « Aide-toi, le Ciel t'aide- ra. » Je pensai donc que mon courage valait une prière et je continuai, tout en pleurant, mes transports. « Ce qui est sûr, pensai-je, c'est qu'ils vont se mettre à ma recherche... Ils alerteront les paysans, et quand la nuit sera tombée, je vais voir monter vers moi un long rang de torches "de bois résineux". Ce qu'il faudrait, ce serait que je puisse allumer un feu, "sur le plus haut rocher de la montagne" ». Par malheur, je n'avais pas d'allumettes. Quant au procédé indien, qui réussit, sans la moindre difficulté, à faire flamber de la mousse sèche par le simple frottement de deux morceaux de bois, j'avais essayé plusieurs fois de le mettre en pratique : même avec l'aide de Paul — qui s'époumonait à souffler — je n'avais jamais pu obtenir la moindre étincelle : j'avais considé- ré mon insuccès comme définitif, parce que dû au manque d'un bois spécialement américain, ou d'une espèce particulière de mousse. La nuit serait donc noire et terrible, peut-être la dernière de ma vie ? Voilà où m'avaient mené ma désobéissance et la félonie de l'oncle Jules .

Alors me revint en mémoire une phrase que mon père répétait souvent, et qu'il m'avait fait copier plusieurs fois quand il me donnait des leçons d'écriture (cursive, ronde, bâtarde) : « Il n'est pas besoin d'espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer. » Il m'en avait longuement expliqué le sens, et m'avait dit que c'était la plus belle phrase de la langue française. Je la répétai plusieurs fois, et comme par une formule magi- que, je sentis que je devenais un petit homme. J'eus honte d'avoir pleuré, honte d'avoir désespéré. Je m'étais perdu dans la colline : la belle affaire ! Depuis mon départ de la maison, j'avais presque toujours monté des pentes assez raides. Je n'avais qu'à redescendre, et je trouverais certainement un village, ou du moins une route civilisée. Je mangeai gravement la seconde moitié de l'orange, puis, les mollets brûlants et les pieds meurtris, je m'élançai au pas de course sur la faible pente du plateau .

Je me répétais la phrase magique, et je bondissais par-dessus les cades et les genévriers. Sur ma droite, le soleil commençait à rougeoyer, derrière des écharpes de nuages, comme sur les boîtes de confiseries que donnent les tantes à la Noël. Je courus ainsi plus d'un quart d'heure, d'abord léger com- me une gerboise, puis comme une chèvre, puis comme un veau, et je m'arrêtai pour reprendre haleine. En me retournant, je constatai que j'avais parcouru au moins un kilomètre, et que je ne voyais plus les trois ravins, engloutis dans l'immense plateau .

En revanche, du côté du couchant, il me sembla distinguer la rive opposée d'un vallon. Je m'approchai d'un pas de promeneur, pour économiser mes forces avant de reprendre ma course .

Oui, c'était bien un vallon, qui se creusait à mesure que je m'approchais. Peut-être était-ce celui du matin ? Les deux mains en avant, j'écartais les térébinthes, et les genêts, qui étaient aussi grands que moi... J'étais encore à cinquante pas du bord de la barre, lorsqu'une détonation retentit, puis, deux secondes plus tard, une autre ! Le son venait d'en bas : je m'élançai, bouleversé de joie, lorsqu'un vol de très gros oiseaux, jaillissant du vallon, piqua droit sur moi... Mais le chef de la troupe chavira soudain, ferma ses ailes et, traversant un grand genévrier, vint frapper lourdement le sol. Je me penchais pour le saisir, quand je fus à demi assommé par un choc violent qui me jeta sur les genoux : un autre oiseau venait de me tomber sur le crâne, et je fus un instant ébloui. Je frottai vigoureusement ma tête bourdonnante : je vis ma main rouge de sang. Je crus que c'était le mien, et j'allais fondre en larmes, lorsque je constatai que les volatiles étaient eux-mêmes ensanglantés, ce qui me rassura aussitôt. Je les pris tous deux par les pattes, qui tremblaient encore du frémissement de l'agonie .

C'étaient des perdrix, mais leur poids me surprit : elles étaient aussi grandes que des coqs de bassecour, et j'avais beau hausser les bras, leurs becs rouges touchaient encore le gravier .

Alors, mon coeur sauta dans ma poitrine : des bartavelles ! Des perdrix royales ! Je les emportai vers le bord de la barre — c'était peut-être un doublé de l'oncle Jules ? Mais, même si ce n'était pas lui, le chasseur qui devait les chercher me ferait sûrement grand accueil, et me ramènerait à la maison : j'étais sauvé ! Comme je traversais péniblement un fourré d'argéras, j'entendis une voix sonore, qui faisait rouler les r aux échos : c'était celle de l'oncle Jules, voix du salut, voix de la Providence ! À travers les branches, je le vis. Le vallon, assez large et peu boisé, n'était pas très profond. L'oncle Jules venait de la rive d'en face, et il criait, sur un ton de mauvaise humeur : « Mais non, Joseph, mais non ! Il ne fallait pas tirrer ! Elles venaient vers moi ! C'est vos coups de fusil pour rrien qui les ont détournées ! » J'entendis alors la voix de mon père, que je ne pouvais pas voir, car il devait être sous la barre : « J'étais à bonne portée, et je crois bien que j'en ai touché une ! — Allons donc, répliqua l'oncle Jules avec mépris. Vous auriez pu peut-être en toucher une, si vous les aviez laissées passer ! Mais vous avez eu la prétention de faire le "coup du roi" et en doublé ! Vous en avez déjà manqué un ce matin, sur des perdrix qui voulaient se suicider, et vous l'essayez encore sur des bartavelles, et des bartavelles qui venaient vers moi ! — J'avoue que je me suis un peu pressé... dit mon père d'une voix coupable. Mais pourtant.. .

— Pourtant, dit l'oncle d'un ton tranchant, vous avez bel et bien manqué des perdrix royales, aussi grandes que des cerfs- volants, avec un arrosoir qui couvrirait un drap de lit. Le plus triste, c'est que cette occasion unique, nous ne la retrouverons jamais ! Et si vous m'aviez laissé faire, elles seraient dans notre carnier ! — Je le reconnais, j'ai eu tort, dit mon père. Pourtant, j'ai vu voler des plumes.. .

— Moi aussi, ricana l'oncle Jules, j'ai vu voler de belles plumes, qui emportaient les bartavelles à soixante à l'heure, jusqu'en haut de la barre, où elles doivent se foutre de nous ! » Je m'étais approché, et je voyais le pauvre Joseph. Sous sa casquette de travers, il mâchonnait nerveusement une tige de romarin, et hochait une triste figure. Alors, je bondis sur la pointe d'un cap de roches, qui s'avançait au-dessus du vallon et, le corps tendu comme un arc, je criai de toutes mes forces : « Il les a tuées ! Toutes les deux ! Il les a tuées ! » Et dans mes petits poings sanglants d'où pendaient quatre ailes dorées, je haussais vers le ciel la gloire de mon père en face du soleil couchant .

LE porteur d'une bonne nouvelle, fût-il un criminel, n'est jamais mal reçu .

Mon père me regardait d'en bas, avec un radieux sourire. Il ne dit pas autre chose que : « Toutes les deux, Jules, toutes les deux ! » Puis, prenant soudain conscience de la situation, il s'écria : « Qu'est-ce que tu fais là ? » Mais sa voix n'exprimait qu'une surprise heureuse. Je lançai les oiseaux, l'un après l'autre, aux pieds du vain- queur, et je me laissai glisser dans une cheminée. En touchant le sol du vallon, je fis un petit bond de côté, car une grêle de cailloux m'avait suivi .

Cependant, mon père admirait ses oiseaux, et d'une main tremblante il cherchait la place des coups mortels. L'oncle Jules me demanda sévèrement : « Qu'est-ce que tu faisais, si loin de la maison, à six heures du soir ? Tu ne sais pas que tu pouvais te perdre ? — Et justement, je me suis perdu... dis-je. Je vais tout vous raconter. Mais d'abord, il faut me faire boire : je meurs de soif depuis ce matin.. .

— Comment ? s'écria mon père. Tu n'as pas déjeuné à la maison ? — Non. Je vous ai suivis de loin. Je t'expliquerai, mais fais-moi boire. J'ai la langue gonflée... Ça m'empêche de parler... — Il n'y a plus que du vin blanc », dit l'oncle. Et il emplit un petit gobelet .

« Juste une gorgée, dit mon père. Tu boiras à la maison... » J'obéis, puis je racontai mon odyssée. Je leur appris, avec fierté, que c'était moi qui leur avais rabattu les premières perdrix .

« J'avais compris, dit l'oncle, qu'il y avait quelqu'un là-haut. Mais je croyais que c'était un chasseur.. .

Ta désobéissance nous a donc servi à quelque chose, je ne t'approuve pas, mais je dois le reconnaître .

— Et les bartavelles ! dit mon père qui soufflait dans leurs plumes pour admirer leur chair. Sans lui, nous ne les aurions jamais retrouvées, ni même cherchées. Et moi, je rentrais bredouille et déshonoré ! — Je vous aurais attribué les merles, dit généreusement mon oncle .

— Ce n'aurait été qu'un mensonge ! — Bah ! dit l'oncle Jules, un mensonge de chasseur, ça ne mérite pas d'être avoué en confession ! » Nous étions assis tous les trois sur de grosses pierres. « Qu'est-ce que tu as sur la figure ? demanda brusquement mon père, comme s'il sortait d'un rêve. — Ce n'est rien : c'est de la résine. » Alors, je racontai mon départ silencieux, le billet laissé pour ma mère, mon intention de les rejoindre au Puits du Mûrier, et le terrible épisode du condor. Mon oncle rapetissa l'oiseau féroce aux proportions d'un épervier, et déclara qu'à l'âge de dix ans, il en avait tué deux à coups de pierre. Ecoeuré, je ne parlai pas de mes craintes, de ma solitude, ni de mon désespoir, et je décidai de réserver ce récit pathétique à ma sensible mère, et à Paul l'attentif. D'ailleurs, mon père m'écoutait à peine, à cause des bartavelles : il essuyait le sang qui coulait de leur bec et lissait les longues plumes rouges .

L'oncle se leva soudain .

« Mon cher Joseph, dit-il, je crois qu'il est temps de rentrer : pour ce premier jour, j'en ai plein les pattes ! » Moi aussi, j'en avais plein les pattes, et j'eus de la peine à me mettre debout .

Mon père me regarda avec tendresse, et caressa mes che- veux ; puis il déchargea son fusil, et me le tendit : « Prends ça », me dit-il .

C'était une grande récompense, et je pris avec respect l'arme triomphale .

Il ouvrit ensuite son carnier, qui contenait déjà plusieurs pièces de gibier .

« Il n'y a pas la place de les mettre là-dedans, décréta-t-il. Et puis, il serait bien dommage de les abîmer. » Avec deux bouts de ficelle, il les suspendit par le cou à sa cartouchière, l'une à sa droite, l'autre à sa gauche. Enfin il me présenta son dos, et se baissa, les mains aux genoux. « Grimpe, crapaud ! » Le grand fusil en bandoulière, je m'installai sur ses épaules .

L'oncle Jules passa devant nous, l'oeil et l'oreille aux aguets, pour un dernier exploit possible .

« Peut-être un lièvre », avait-il dit .

Je tremblais qu'il ne réussît, car ce lièvre eût terni l'éclat des bartavelles : mais on ne vit pas la moindre oreille et, au moment où je m'y attendais le moins, en sortant d'une pinède, je découvris un peu plus bas, le toit de notre maison. Sur le bord du chemin, les oliviers de mes cigales... Je riais de plaisir, en tenant à poignée les cheveux bouclés de mon père... Comme nous passions devant l'olivier du lierre, un très petit Sioux en sortit brusquement ; il était couronné de plumes, et portait un carquois dans le dos : il nous tira, d'un air farouche, deux coups de pistolet, et s'enfuit vers la maison, en hurlant : « Maman ! ils ont tué des canards ! » Sur quoi, ma mère et ma tante, qui cousaient sous le figuier, se levèrent et vinrent vers nous, suivies de « la bonne », et ce fut notre entrée triomphale .

Les trois femmes poussaient de petites exclamations de joie et d'admiration .

Pendant que je descendais du sommet de mon père, Paul, fort adroitement, avait détaché une bartavelle, qu'il porta dans ses bras vers les trois femmes .

Alors la bonne, les mains jointes, et les yeux au ciel, s'écria, pâmée : « Ô Bonne Mère ! La Perdrix du Roi ! » Cependant, l'oncle Jules jetait à grand bruit sur la table de la terrasse deux poignées de merles et de grives, cinq ou six perdrix, et deux lapins. Sur quoi mon père vida à son tour son carnier, qui contenait trois perdrix et la bécasse, et il dit : « Regardez, Rose, c'est Jules qui a tué tout ça ! — Et toi ? demanda ma mère déçue. Tu as tout manqué ? — Moi, dit-il modestement, je n'ai tué que les bartavelles. » Et je vis bien qu'ils se réjouissaient dans leur coeur. Je courus à « la glacière » — une caisse à savon qui conte- nait un bloc de glace — pour boire frais. J'y trouvai, à côté de la carafe transpirante, deux compotiers pleins de crème fouettée, et je courus embrasser ma mère, qui insista pour me débarbouiller : après quatre savonnages, il fallut de l'huile d'olive (encore me resta-t-il pendant huit jours, sur la joue droite, une grande tache brunâtre, assez répugnante et collante, mais de couleur tout à fait Sioux). Puis, ayant vu le triste état de mes mollets, elle m'installa sur une chaise longue, flamba une aiguille au bout d'une allumette, et commença à extraire les petites épines qui me chatouillaient cruellement. Tandis que Paul suivait de très près l'opération, en poussant à ma place des cris de douleur, je me laissais faire, inerte et glorieux, comme un guerrier qui revient du combat .

Cependant mon père contait en détail les exploits de l'oncle Jules : son flair de chien de chasse, sa marche silencieuse, la sûreté de son jugement, l'extraordinaire rapidité de son tir et sa meurtrière justesse... L'oncle écoutait, devant sa femme ravie, et ma mère admirative. Au bout de cinq ou six strophes, il fut complètement débartavellisé, et il se mit à chanter la gloire de Joseph : sa nervosité, ses premières maladresses, ses efforts pour se dominer, sa résistance à la fatigue, et enfin, sa merveilleuse inspiration, couronnement d'une belle journée ; il termina par une phrase qui fit briller les yeux noirs de ma mère : « Un "coup du roi" doublé sur des perdrix royales, exécuté par un débutant, je peux dire qu'on n'a jamais vu ça ! » Je voulus parler à mon tour, et dire ma propre louange, puisque les chasseurs m'oubliaient : mais tout à coup mes yeux se fermèrent, et je sentis que les doigts de ma mère ouvraient ma main, crispée sur le bras de la chaise longue, puis elle m'emporta vers la maison .

J'essayai de protester, au nom de la crème fouettée, mais je n'articulai que de faibles grognements, et la rencontre d'une bondissante gerboise, grande comme un lièvre, et toute blanche, m'entraîna en quatre bonds vers les ravins ombreux du sommeil .

LE lendemain matin, ma mère, sur un coin de la table de la cuisine, rédigeait la « liste » des commissions, c'est-à-dire des achats que mon père devait faire au village. « Crapaud, me dit-il, prends ta musette, tu vas venir avec moi. La liste est longue, et je serai chargé ! Ce n'est pas pour le poids, c'est pour le volume. J'ai l'intention de prendre mon fusil ; j'ai repéré un épervier qui tourne souvent au-dessus du poulailler de Mme Toffi. Si nous le voyons ce matin, nous lui dirons deux mots en passant ! » La liste finie, il la lut à haute voix. Cependant ma mère avait sorti les bartavelles du garde-manger et les posa sur la table : « Que veux-tu faire ? demanda-t-il d'un air inquiet. — Je vais les plumer, et les vider, et nous les rôtirons ce soir. — Malheureuse ! Ce n'est pas de la volaille, c'est du gibier ! Et quel gibier ! Nous ne les mangerons que demain, car aujourd'hui ce serait un crime ! D'ailleurs, dit-il, il me vient une idée .

J'ai bonne envie de les soumettre à l'expertise de Mond des Parpaillouns. Il ne faut jamais perdre une occasion de s'instruire, et ce vieux braconnier en sait certainement plus long que bien des naturalistes. » Il accrocha les deux oiseaux à sa ceinture, puis il prit son fusil et le mit à la bretelle .

Nous partîmes fort gaiement. Je portais les trois musettes vides, et il marchait devant moi, explorant du regard les oliveraies en escalier qui bordaient la route. Nous vîmes quelques bandes de moineaux, mais le Tueur de Bartavelles dédaigna ces oisillons .

J'étais tout heureux d'être avec lui, et grandement fier de son exploit — mais je m'efforçais de ne pas montrer cette vanité ; je craignais une réprimande .

Un jour, M. Arnaud, qui était un pêcheur passionné, avait pris — à la ligne — une énorme « rascasse » : il avait apporté à l'école une photographie de son exploit. À cette époque, une photographie était un document re- marquable, qui perpétuait le souvenir de la première enfance, du service militaire, d'un mariage ou d'un voyage à l'étranger. Or, sur une sorte de carte postale, on avait vu M. Arnaud souriant, la poitrine bombée, une gaule dans sa main gauche, le bras droit levé vers le ciel, et tenant — par la queue — l'épineux poisson .

À table, mon père décrivit ce tableau triomphal, et il avait conclu : « Qu'il soit content d'avoir pris une belle pièce, je veux bien l'admettre, mais se faire photographier avec un poisson ! Quel manque de dignité ! De tous les vices, la vanité est décidément le plus ridicule ! » Il ne l'avait pas dit avec violence, mais avec un sourire de pitié, qui avait ruiné mon admiration pour M .

Arnaud : c'est pourquoi je considérais que notre visite à Mond des Parpail- louns n'avait d'autre but que scientifique. Nous arrivâmes devant la petite ferme basse qu'habitait le célèbre Mond. Elle était précédée d'un champ inculte, où deux douzaines d'oliviers, fous de liberté, avaient l'air d'énormes broussailles, car Mond ne les taillait jamais. Il était à cheval sur un banc, devant sa porte, sous le mûrier, et trempait, dans un seau de glu, de minces baguettes de bois. Il leva la tête : son épaisse tignasse de cheveux gris se prolon- geait en une barbe de crin, blanche d'un côté, mais jaunie de l'autre par un mégot qui pendait au coin de sa bouche. Ses yeux étaient noirs et perçants, ses mains velues marbrées de taches jaunes .

Il vit les bartavelles, se leva et s'avança, la bouche entrouver- te .

« Ô Bonne Mère ! s'écria-t-il, qui c'est qui vous a vendu ça ? » Mon père fit un petit sourire .

« Ça ne m'a coûté que deux coups de fusil. — Un doublé ? dit Mond incrédule. Un doublé de bartavelles ? — Eh oui, dit mon père — et, du bout de l'index, il lissa sa moustache noire .

— Et où ça ? — Au vallon de Lancelot, juste sous la barre, du côté de Passe-Temps. » Mond avait pris les deux oiseaux, et les soupesait .

« Le plus étonnant, dit-il, c'est que vous les ayez retrouvées .

— Pourquoi ? — Parce que ces bêtes-là, même mortes en l'air, ça vole encore cinq ou six cents mètres .

— Le petit était sur la barre. C'est lui qui les a vues tomber. — Bravo, Pitchounet, me dit Mond. Un de ces jours, je te mènerai chasser avec moi. » Il énonça, comme une règle de vie : « Quand on n'a pas de chien, il faut avoir des enfants ! » Alors, mon père posa mille questions sur les bartavelles, leur origine, leurs moeurs, la difficulté de leur approche, la rapidité de leur vol .

De ces questions, et des réponses du vieux Mond, il ressortit clairement qu'un doublé de bartavelles était un exploit sinon impossible, du moins très rare, et digne d'un « grand fusil ». Dès que cette vérité fut établie, nous quittâmes Mond — qui commençait à nous raconter ses propres réussites, avec une vanité qui me fit penser à celle de M. Arnaud — et nous descendîmes au village .

Mon père remit « la liste » à l'épicier, dans la petite bouti- que où se trouvaient déjà cinq ou six clientes. Mais l'épicier, la liste en main, ne regarda que les volatiles et s'écria : « Des coqs de bruyère ! » Mon père le détrompa, et lui dit quelques mots sur l'exis- tence et les coutumes des bartavelles .

L'épicier proposa de les peser : ce que mon père accepta de bonne grâce. L'opération eut lieu sous les yeux des commères assemblées .

La plus grosse atteignit 1 530 grammes, l'autre 1 260, car l'épicier voulut de la précision. Une vieille dame proprette (c'était la bonne de M. le curé) conseilla de les bourrer de pèbre d'aï, avant de les mettre à la broche et de ne pas les rapprocher du feu dès le début de l'opération : le tournebroche ne devait s'avancer que par étapes, trois au minimum. Pour prix de ces précieux conseils, elle demanda la permission de prendre une plume de la queue, qui fut ainsi volée à la coiffure d'un chef pawnee, et tous les nouveaux arrivants regardaient avec respect le chasseur capable d'un si beau meurtre. Nous laissâmes la liste à l'épicier, qui se chargea de tout préparer, et mon père me dit : « Il faut que j'interroge M. Vincent. » M. Vincent était archiviste à la préfecture et c'était un ami de l'oncle Jules : il passait ses vacances au village, où il était né. Mais dans la rue, nous rencontrâmes le facteur, qui chassait lui-même sur les terres d'Allauch. C'est lui qui nous arrêta, et je fus tout surpris de le voir masser le cou des bartavelles, entre son pouce et son index .

« Entre nous, dit-il à mi-voix, vous les avez prises au piège ? — Jamais de la vie ! dit mon père. C'est un doublé, que j'ai eu la chance de réussir au "coup du roi". » Mais le facteur était « jaloux de la chasse », et il tâtait tou- jours le cou des volatiles, dans l'espoir d'y découvrir quelque fracture. Alors mon père, soufflant à rebrousse-plumes, lui montra les mortelles blessures qu'il examina d'un air soupçon- neux. Il fallut ensuite lui dire le calibre du fusil, le numéro des plombs, la distance, l'heure et le lieu. Enfin, il triompha de sa jalousie, et consentit à homologuer l'exploit. « Monsieur, dit-il, je vous tire mon képi. Ces bêtes-là, je les poursuis depuis deux ans : j'y ai tiré cinq fois, et je n'en ai eu que quatre plumes ! Permettez-moi de vous serrer la main ! » Cependant, les enfants du village s'étaient assemblés, et disaient tout haut leur admiration .

En arrivant sur la placette, nous tombâmes sur M. le curé. Il lisait son bréviaire près de la fontaine, tout en attendant, au son de sa cruche, qu'elle débordât .

L'arrivée de notre groupe lui fit lever la tête, et comme « ces gens profitent de tout », il fit à mon père un grand beau sourire, et dit, d'une voix agréable : « Monsieur, si ces perdrix royales ne viennent pas de quel- que marchand, permettez-moi de vous faire mon compliment ! » C'était la première fois que je voyais mon père en face de l'ennemi sournois. À ma grande surprise, il lui répondit fort poliment : « Elles viennent du vallon de Lancelot, monsieur le curé. — J'en ai rarement vu d'aussi belles, dit M .

le curé, et j'incline à penser que le grand saint Hubert était avec vous ! — Le grand saint Hubert, et mon calibre douze ! — Et aussi votre adresse !... dit M. le curé. Vous avez là un vieux mâle, et une poule de deux ans... Mon père était un grand chasseur, et c'est pourquoi je m'y connais assez bien .

Cette perdrix n'est pas la caccabis rufa, qui est beaucoup plus petite. C'est la caccabis saxatilis, c'està- dire la perdrix des roches, qu'on appelle aussi la perdrix grecque, et en Provence, la bartavelle .

— D'où vient ce nom ? demanda mon père. — Eh bien, dit le prêtre, je vais vous paraître bien savant, mais je dois vous avouer que mon érudition est de fraîche date. Un paysan m'ayant parlé hier de bartavelles, j'ai eu la curiosité de chercher l'étymologie du mot. Et j'en suis heureux, puisque cette question vous intéresse. Mon dictionnaire dit que c'est un mot français dérivé d'un vieux mot provençal, bartavello, qui signifie une serrure grossière. L'oiseau serait ainsi nommé à cause de son cri, qui est, paraît-il, un peu grinçant. Mais à mon très humble avis, cette explication n'est pas tout à fait satisfaisante. Je vais en parler à M. le chanoine de la Major, qui déjeune demain au presbytère, et s'il me dit quelque chose d'intéressant, j'aurai plaisir à vous le faire savoir. Excusez-moi, ma cruche est pleine, et la cloche m'appelle. » Il souleva fort poliment sa barrette, mon père souleva sa casquette, M .

le curé prit sa cruche et s'en alla. Toujours suivis par les enfants, nous allâmes chez M. Vin- cent : on nous répondit qu'il était en ville, et qu'il ne rentrerait que le lendemain ; cependant, mon père le rechercha dans tout le village, et il alla même au Cercle, pour demander aux joueurs de boules s'ils ne l'avaient pas vu, mais ils virent les bartavelles qu'on ne songea pas à leur cacher : ils en interrompirent leur partie, ils admirèrent, soupesèrent, et posèrent cent questions. Mon père fit deux cents réponses, et leur apprit qu'il ne s'agissait nullement de la caccabis rufa, mais saxatilis .

Enfin, il voulut bien, à la demande générale, exécuter une démonstration du « coup du roi », en insistant sur le fait qu'il fallait garder le canon choke pour le second coup. Ces explications techniques, qui auraient pu durer jusqu'au soir, furent heureusement arrêtées par l'horloge de l'église, qui sonna midi dans les airs .

Comme nous allions chercher nos musettes chez l'épicier, nous rencontrâmes encore une fois M. le curé. Il portait un appareil photographique qui avait la forme, les dimensions et l'élégance d'un pavé .

Il s'avança, tout souriant, et dit : « Si cela ne vous dérange pas, je voudrais bien conserver un souvenir de cette admirable réussite .

— Un coup de chance, dit mon père modestement, ne mérite peut-être pas un si grand honneur. — Mais si, mais si ! Je me ferai un plaisir de vous envoyer un tirage de cette image, qui sera un souvenir agréable des grandes vacances de cette année. » Mon père se prêta docilement aux exigences du photogra- phe : il me montra qu'il en souffrait, mais qu'il n'osait pas être impoli. Il posa donc à terre la crosse de son fusil, appuya la main gauche sur le bout du canon, et de son bras droit, entoura mes épaules. M. le curé nous regarda un instant, les yeux clignés : puis il s'avança, et fit tourner les bartavelles — toujours pendues à la cartouchière -pour mettre en évidence leur ventre moucheté .

Enfin il recula de quatre pas, appliqua l'appareil sur sa ceinture, baissa la tête et s'écria : « Ne bougeons plus !» J'entendis un déclic aussi fort que celui d'une serrure, et M. le curé compta : « Un, deux, trois ! Merci ! — Nous habitons aux Bêlions, dit mon père, à la Bastide- Neuve .

— Je sais, je sais ! » dit M. le curé .

Puis il ajouta, sur un ton un peu pathétique : « Comme je n'ai pas l'occasion de vous voir souvent, je confierai le tirage que je vous destine à monsieur votre beau- frère, qui est le plus éminent de nos paroissiens. Au revoir, et encore une fois, tous mes compliments ! » Il s'en alla, poli, amical, souriant, si sympathique que j'avais envie de le suivre, ce qui me fit comprendre quel danger ces fausses apparences représentaient pour la société. Quand nous eûmes tourné le coin de la place, mon père me dit : « Nous sommes dans un petit village : il eût été maladroit de refuser : c'était peut-être ce qu'il espérait, pour nous accuser, ensuite, de sectarisme. Mais nous avons été plus malins que lui ! » Nous reprîmes d'un bon pas le chemin montant du retour. Les oiseaux dansaient toujours à la ceinture de mon père, et comme ils étaient pendus par le cou, je lui dis qu'il avait tué des bartavelles, mais que nous finirions par manger des cygnes. On les mit à la broche le lendemain — ce fut un repas historique, et presque solennel .

Il fut marqué cependant par un incident pénible : l'oncle Jules, dont l'appétit paysan faisait l'admiration de la famille, se cassa une dent — en porcelaine — sur un plomb n° 7, resté invisible dans la tendresse d'un croupion. Mais il retrouva un beau sourire lorsque mon père déclara que le curé du village était un savant, et, de plus, un homme fort sympathique, dont la conversation l'avait charmé .

Le lendemain, comme nous partions pour la chasse, je vis que, renonçant à sa casquette, il avait mis un vieux chapeau de feutre marron, « à cause, dit-il, du soleil qui, parfois, en traversant ses lunettes, l'éblouissait ». Mais je remarquai — sans rien dire — que la coiffe du feutre était entourée d'un ruban — qu'on ne trouve pas sur une casquette — et que, dans ce ruban, étaient fichées deux jolies plumes rouges, symbole et souvenir du double « coup du roi ». Depuis ce jour-là au village, quand on parlait de mon père, on disait : « Vous savez bien, ce monsieur des Bêlions ? — Celui qui a la grosse moustache ? — Non ! l'autre ! le Chasseur ! Celui des Bartavelles ! » Le dimanche suivant, comme l'oncle revenait de la messe, il tira de sa poche une enveloppe jaune .

« Voilà, dit-il, de la part de M. le curé. » Toute la famille accourut : l'enveloppe contenait trois épreuves de notre photographie .

C'était une réussite : les bartavelles étaient énormes et Joseph brillait dans toute sa gloire ; il ne montrait ni surprise ni vanité, mais la tranquille assurance d'un chasseur blasé, à son centième doublé de bartavelles .

Pour moi, le soleil m'avait imposé une petite grimace, que je ne trouvai pas jolie : mais ma mère et ma tante y virent un charme de plus, et chantèrent longuement leur admiration totale .

Quant à l'oncle Jules il dit gentiment : « Si vous n'y voyez pas d'inconvénient, mon cher Joseph, j'aimerais bien garder la troisième épreuve, car M. le curé m'a dit qu'il l'avait tirée à mon intention... — Si cette bagatelle peut vous faire plaisir... dit mon père. — Oh oui ! dit tante Rose avec enthousiasme .

Je la ferai mettre sous verre, et nous la placerons dans la salle à manger ! » Je fus fier à la pensée que nous serions éclairés tous les soirs par la luxueuse lumière du Gaz. Quant au cher Joseph, il ne montrait aucune confusion. Le menton de ma mère appuyé sur son épaule, il regarda longuement l'image de son apothéo- se, tout en justifiant la durée de cet examen par des considérations techniques. Il nous apprit d'abord que c'était du papier au citrate d'argent, et que ce citrate a la propriété singulière de noircir quand il est touché par la lumière ; puis, tenant l'image à bout de bras, il déclara que l'éclairage était excellent, quoique la hauteur du soleil de midi lui eût un peu allongé le nez, ce qui « n'avait d'ailleurs aucune espèce d'importance ». Ensuite, quittant ses lunettes, il examina la photographie de très près, sous tous les angles, et il proclama que la mise au point était parfaite, ce qui prouvait que M. le curé connaissait fort bien son affaire .

Enfin, en me caressant les cheveux, il déclara : « Puisque nous avons deux épreuves, j'ai bien envie d'en envoyer une à mon père, pour lui montrer comme Marcel a grandi... » Le petit Paul battit des mains, et moi j'éclatai de rire. Oui, il était tout fier de son exploit ; oui, il enverrait une épreuve à son père, et il montrerait l'autre à toute l'école, comme avait fait M. Arnaud .

J'avais surpris mon cher surhomme en flagrant délit d'humanité : je sentis que je l'en aimais davantage. Alors, je chantai la farandole, et je me mis à danser au soleil...